/finance/homepage

Bombardier chute en Bourse

Sylvain Larocque | Le Journal de Montréal

L’action de Bombardier perd environ 9 %, mardi, dans la foulée de l’annonce de la vente de sa division ferroviaire à la multinationale française Alstom pour environ 10,7 milliards $.  

• À lire aussi: Les Québécois financent le géant Alstom

• À lire aussi: Bombardier Transport: Legault vante le potentiel d’expansion dans les Amériques

• À lire aussi: Mission réduction de la dette pour Bombardier

Vers midi, le titre reculait de 8,5 % pour s’échanger à 1,51 $, à la Bourse de Toronto. Il a d’abord ouvert en hausse de près de 8 % avant de perdre jusqu’à 10,8 %.    

Comme la Bourse de Toronto était fermée lundi en raison d’un congé, la séance de mardi était la première où les investisseurs pouvaient réagir à l’accord conclu lundi avec Alstom.    

Les analystes financiers ont généralement bien accueilli la transaction, qui fera fondre la taille de Bombardier de moitié, mais qui pourrait également permettre à l’entreprise de faire passer sa dette de 9,3 milliards $ US à tout juste 2,5 milliards $ US.     

L’acquisition doit toutefois être approuvée par la Commission européenne, un processus qui pourrait prendre plus d’un an et même ne pas aboutir. L’an dernier, la Commission a refusé un regroupement entre Alstom et l’allemand Siemens Mobility pour des raisons de concurrence.    

À Paris, l’action d’Alstom a clôturé en baisse de plus de 3 % mardi. Notons que l’entreprise devra émettre pour plus de 5 milliards d’euros d’actions pour financer l’achat de Bombardier Transport, ce qui diluera fortement les actionnaires actuels. La Caisse de dépôt et Bombardier achèteront plus de la moitié des nouvelles actions.    

Dans la même catégorie