/news/politics

«La situation ne fait qu’empirer» dit le premier ministre Legault

TVA Nouvelles

Le premier ministre du Québec n’est pas satisfait de la réponse du premier ministre du Canada au sujet du blocus des voies ferrées par des manifestants autochtones.   

«La situation ne fait qu’empirer», a déclaré François Legault en point de presse mardi après-midi.   

Selon lui, des employés du Canadien National (CN) ont perdu leurs emplois. De plus, des commandes qui ne peuvent être livrées créent un embouteillage. «Dans les prochains jours, on ne pourra plus recevoir de bateaux dans le port de Montréal», dit-il.  

«Si on n’est plus capable d’accueillir des bateaux au port de Montréal, on va avoir un sérieux problème», assure-t-il.   

M. Legault affirme que le Québec ne peut rien faire de plus puisque le nœud du problème se trouve à Belleville en Ontario.   

«Il faut que quelque chose se dans les prochaines heures, les prochains jours», d’insister le premier ministre québécois.   

Il suggère notamment de mettre en place une table pour discuter des sujets reliés au blocage des chemins de fer afin de mieux comprendre les doléances des manifestants.  

M. Legault considère que la situation pour l’économie du Québec est «rendue très dramatique».  

«On est en train de perdre le contrôle. Je ne veux pas retomber dans la crise du propane avec les agriculteurs, je ne veux pas qu’on ne puisse plus faire décoller d’avion parce qu’il n’y a plus de carburant», ajoute-t-il.  

Il implore le premier ministre Trudeau de trouver une solution rapidement. «Il faut trouver une façon de dénouer la crise à court terme, les barricades sur les voies ferrées», a-t-il affirmé.  

Quant à l’usage de la force, M. Legault ne souhaite pas y recourir. «On ne veut pas que ça se reproduise, mais on ne peut pas prendre l’économie du Québec et de l’Ontario en otage», a-t-il expliqué en faisant référence à la crise d’Oka.

Dans la même catégorie