/news/society

Le système poussé à ses limites

Isabelle Dorais | TVA Nouvelles

La Commission spéciale sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse s'est déplacée à Sherbrooke, tout près de l'épicentre de la tragédie de Granby du printemps dernier.

Premier à être entendu devant la Commission Laurent, le CIUSSS de l'Estrie-CHUS trace un sombre portait : 30% des enfants qui intègrent le réseau scolaire présentent des signes de vulnérabilité.

«Pour la population qui s’exprime en anglais et celle qui est issue de l’immigration, c’est 50% de ces jeunes», a déclaré Stéphane Tremblay, PDG du CIUSSS de l'Estrie-CHUS.

Pendant qu'à la DPJ, on rapporte une hausse du nombre de signalements de 18,7% depuis janvier.

«On est rendu à la limite de ce que le système peut supporter, je crois», a affirmé Alain St-Pierre, ex-directeur de la DPJ de l’Estrie.

L'ensemble du réseau note des failles dans les services de première ligne.

Parmi les recommandations, une porte d'entrée unique.

«Il faut absolument que dans les prochains mois, le Québec renverse la tendance et qu’au lieu d’amener des intervenants en direction de la protection de la jeunesse, de les diriger plus vers les services de proximité», a ajouté M. Tremblay.

Dans son mémoire déposé aujourd'hui, le CIUSSS écrit: «La gravité des évènements qui ont conduit à la commission Laurent doit sonner un ralliement et susciter une volonté inébranlable».

En après-midi, la Commission scolaire du Val-des-Cerfs, un autre acteur au cœur de la mort tragique de la fillette de 7 ans, a témoigné.

En trois jours, une trentaine d'intervenants seront entendus. Mercredi, la Santé publique et des pédiatres iront eux aussi de leurs recommandations.

Dans la même catégorie