/finance

Stokes à l’abri de ses créanciers

Jean-Michel Genois Gagnon - Le Journal de Montréal

Le détaillant Stokes se place à l’abri de ses créanciers. L’enseigne fermera au cours des prochains mois ses magasins les moins rentables au Canada et réduira ses effectifs à son siège social à Montréal.  

En fin de journée mardi, l’entreprise spécialisée dans la vente d’articles de cuisine et de décoration a annoncé qu’elle entamait «un processus de repositionnement de ses activités pour assurer sa rentabilité».  

La direction prévoit faire une proposition à ses créanciers.  

«Pour mieux affronter la concurrence dans l'environnement actuel du commerce de détail, Stokes réduira l'emprise de ses points de vente au Canada et rationalisera les activités de son siège social», a indiqué la compagnie, qui se dit victime des changements dans l’industrie.  

La direction évoque notamment la manière d’acheter des consommateurs qui se fait davantage sur le web. D’ailleurs, Stokes prévoit continuer d’investir dans son site transactionnel, qui aurait «connu une croissance importante au cours des dernières années».  

La chaîne fondée en 1935 détient présentement 147 magasins au Canada. La direction espère conserver «la majorité» de ses points de vente. L’entreprise compte environ 1400 employés, dont 150 à son siège social, selon des informations de La Presse.  

Une fois la restructuration terminée, «Stokes devrait continuer d'employer environ 1000 Canadiens», précise la compagnie dans son communiqué.  

L’enseigne vend notamment sa marchandise sous les marques Stokes et Thinkkitchen. C’est le syndic Richter qui est responsable du dossier.