/finance

Près de 1000 mises à pied temporaires chez VIA Rail

TVA Nouvelles

VIA Rail a annoncé mercredi le licenciement temporaire de près de 1000 employés si le blocus ferroviaire par des manifestants autochtones se poursuit.

• À lire aussi: Blocus ferroviaire : Des arrêts de production à prévoir chez Produits forestiers Résolu?  

• À lire aussi: Reprise partielle du service de VIA Rail  

• À lire aussi: Blocus autochtone: les Canadiens favorables à une intervention policière  

Des mécaniciens, électriciens, inspecteurs et nettoyeurs de voiture se retrouveront sans emploi temporairement, et ce, à partir du 4 mars prochain.

«Cette interruption générale est une situation sans précédent dans notre histoire. En 42 ans d'existence, c'est la première fois que VIA Rail, service public de trains passagers interville, doit interrompre la plupart de ses services partout au pays», a fait savoir Cynthia Garneau, présidente et chef de la direction, dans un communiqué.

«Cette situation est bien indépendante de notre volonté et hors de notre contrôle», a-t-elle ajouté par la suite dans une vidéo dans laquelle elle s’excuse à ses clients pour ces désagréments.

Cynthia Garneau a souligné que VIA Rail n’est pas propriétaire des rails sur lesquels roulent ses trains.

Le service de VIA Rail est particulièrement affecté par le blocus à Belleville, en Ontario, érigé pour protester contre le tracé du gazoduc GasLink sur le territoire ancestral des Wet’suwet’en.

La compagnie dit n'avoir d'autre choix que de maintenir l'annulation de ses services sur une grande partie de son réseau jusqu'à ce que le CN rouvre les voies restantes pour le service.

«Nous espérons tous un dénouement très positif dans cette histoire afin que nous puissions reprendre le service, et ce, dès que possible, a précisé la présidente de VIA Rail.

Le syndicat représentant les travailleurs de VIA Rail a déploré la situation. «La solution finale ne nous appartient pas. C’est un litige entre les Amérindiens et le gouvernement, alors nous on est un peu des victimes là-dedans», a expliqué Jacques Ouimet, vice-président régional du syndicat de VIA Rail, en entrevue à TVA Nouvelles.

Dans la même catégorie