/news/coronavirus

«Diamond Princess»: l'avion nolisé décollera finalement vendredi

Agence France-Presse

L'avion nolisé par le Canada pour ramener au pays les Canadiens coincés à bord du «Diamond Princess», ce navire en quarantaine en raison du coronavirus, ne décollera finalement pas de Tokyo avant vendredi matin, heure locale. 

• À lire aussi: 108 morts de plus dans la province chinoise du Hubei 

• À lire aussi: Le Diamond Princess en chiffres 

• À lire aussi: Situation «chaotique» à bord du Diamond Princess 

Le ministère des Affaires étrangères a indiqué, par communiqué, que le débarquement des ressortissants canadiens du navire en vue de leur transport vers l'aéroport débutera jeudi, heure locale.

«Le vol devrait décoller de l'aéroport de Tokyo Haneda aux premières heures du matin du vendredi 21 février», a précisé le gouvernement. C'est donc dire que l'avion décollera jeudi soir, heure du Québec. 

À ce jour, 47 Canadiens sur les 256 présents à bord du navire de croisière ont été infectés par le COVID-19. Le «Diamond Princess» avait été placé en quarantaine dans le port de Yokohama, au Japon, le 3 février, et devait le demeurer pendant 14 jours, mais la mesure a clairement échoué à endiguer l'épidémie. Mercredi, le Japon indiquait avoir découvert 621 cas de patients atteints par le coronavirus à bord, dont la moitié ne présentait pas de symptômes, parmi les quelque 3700 passagers et membres d'équipage. 

Les Canadiens présentant des symptômes analogues à ceux causés par le virus ou qui ont été diagnostiqués avec la maladie ne pourront pas montrer dans l'avion nolisé et seront référés au système de santé japonais. 

«Les citoyens canadiens et les résidents permanents sont admissibles à ce vol. Les membres non canadiens de la famille immédiate des citoyens canadiens et des résidents permanents (si l'espace le permet) seront également admissibles afin d'éviter de séparer les familles», a précisé Affaires mondiales Canada. 

Les ressortissants évacués ne seront toutefois pas au bon de leur peine. Ils devront se soumettre à une nouvelle période de quarantaine à leur arrivée au pays l'Institut de formation de NAV Canada à Cornwall, en Ontario. 

 

Dans la même catégorie