/sports

Bagarres dans la LHJMQ : des sanctions qui divisent

TVA Nouvelles

La réglementation des bagarres dans le Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) date de plus de 50 ans. Et la tâche ne sera pas simple pour la faire changer, croit le journaliste sportif Sébastien Goulet.

• À lire aussi: Bagarres dans la LHJMQ: statu quo

• À lire aussi: Québec veut la fin des bagarres dans le hockey junior majeur

De passage à LCN Maintenant, M. Goulet est d’avis que les discussions à l’assemblée des membres ont achoppé jeudi parce que les propriétaires «ne s’entendaient pas sur les sanctions».

«À quel point est-ce qu’on veut vraiment abolir la bagarre? Est-ce qu’on veut abolir la bagarre en disant ‘‘bon, vous vous battez, votre match est terminé, on se revoit au prochain’’ ou sinon ‘‘vous vous battez, vous ratez le prochain match en plus’’ ou encore 2-3 matchs de suspension?» se questionne-t-il.

L’évolution des mentalités dans le circuit Courteau fait en sorte que la moyenne de bagarres par match a grandement diminué au cours des dernières années.

«Les gens ne vont plus au hockey junior pour voir des bagarres, ça c’est certain, dit-il. Et à preuve, on est passé en 15 ans d’une bagarre et quart par match à un quart de bagarre par match. Donc, une bagarre aux quatre matchs dans le circuit environ.»

Or, en principe, les batailles sont déjà «interdites» dans la LHJMQ en ce sens où les joueurs écopent de pénalités de 5 minutes après coup.

L’adoption d’un nouveau règlement, et par le fait même des sanctions imposées, divise certainement les propriétaires des 18 équipes. N’en demeure pas moins que ces derniers ont tous un objectif commun : la sécurité des joueurs, explique Sébastien Goulet.

«Le report d’aujourd’hui n’est pas une finalité. On n’allait pas changer les règlements pour les matchs présentés dans la ligue ce soir. (...) On s’est dit à la prochaine fois», ajoute M. Goulet.

Dans la même catégorie