/news/politics

Nantel déclasse la compétition

Rémi Nadeau | Journal de Montréal

L’humoriste Guy Nantel est mort de rire. Une semaine après avoir confirmé qu’il se lançait dans la course à la chefferie du Parti québécois, un sondage Léger-Le Journal révèle qu’il double le vétéran député Sylvain Gaudreault et laisse dans un nuage de poussière ses autres concurrents.      

Il n’a jamais milité dans le parti, n’a jamais été élu et a encore moins l’expérience ministérielle du député de Jonquière, qui était perçu comme l’aspirant favori à la succession de Jean-François Lisée avant... jeudi dernier.          

• À lire aussi: Possible de concilier famille et politique, dit Paul St-Pierre Plamondon  

• À lire aussi: Guy Nantel interpellé par Alice Paquet  

• À lire aussi: Guy Nantel en tête, l’avis de Mario Dumont 

C’est dire que Nantel a réussi à convaincre du sérieux de sa candidature.          

Les péquistes ne prennent pas ses aspirations pour une blague. Et le sondage démontre aussi que les caquistes ne peuvent prendre à la légère son arrivée en politique.          

Le comique séduit aussi l’électorat de François Legault.          

Projecteurs sur le PQ  

Son arrivée en scène attire les projecteurs sur la course au PQ, alors que les pauvres libéraux doivent se contenter du faisceau d’une lampe de poche.          

En théorie, le parti souverainiste est encore plus mal en point, mais la notoriété du farceur intelligent change complètement la donne. Il faut lui donner le mérite. Nantel a réussi sa rentrée.          

C’est un politicien atypique, attrayant à la fois pour les jeunes et pour tous ceux qui espèrent des élus différents, qui n’entrent pas dans le moule.          

Pendant ce temps au PLQ...  

Pendant ce temps, même chez les libéraux, le duo Dominique Anglade/Alexandre Cusson ne soulève pas les passions. Les deux tiers des sympathisants du PLQ sondés ne savent pas qui ils vont appuyer.          

L’establishment du parti a sollicité le maire de Drummondville pour éviter le couronnement de la députée de Saint-Henri–Sainte-Anne.          

Mais depuis, il semble avoir été abandonné à son sort. Comme si ceux qui l’avaient convaincu l’avaient poussé sur la scène avant de prendre leurs jambes à leur cou.          

Il s’est cassé les dents à chacune de ses sorties, mais Dominique Anglade ne s’est pas démarquée non plus.          

Au moins, le regain d’intérêt pour le PQ a ceci de bon pour les libéraux : il laisse poindre le retour à une division du vote francophone qui sera à son avantage !          

  

  

  

  

  

MÉTHODOLOGIE  

Réalisé du 14 au 17 février 2020 auprès de 1017 Québécoises et Québécois, de 18 ans ou plus. Les résultats ont été pondérés selon le sexe, l’âge, la langue maternelle, la région, le niveau d’éducation et la présence d’enfants. La marge d’erreur maximale est de +/- 3,1%, 19 fois sur 20.