/finance

15 mises à pied en raison du blocus à Listuguj

CIMT-CHAU

La Société du chemin de fer de la Gaspésie (SCFG) a annoncé vendredi qu’elle procède à la mise à pied de 15 personnes, soit près de la moitié de son personnel, en raison du blocus qui paralyse la voie ferrée à Listuguj.

• À lire aussi: Saint-Lambert: la balle est dans la cour des policiers, dit François Legault 

• À lire aussi: Blocus ferroviaires: toujours pas d'échéance 

• À lire aussi: La barricade toujours en place, malgré l'injonction 

Les impacts financiers des manifestations à Listuguj sont évalués à plus 15 000 $ par jour pour la SCFG, en raison de l’arrêt des opérations depuis le 9 février.

Plusieurs wagons sont toujours bloqués sur la voie ferrée gaspésienne, dont un convoi transportant des pales d’éolienne.

La SCFG assure qu’elle offre des mesures d’accommodement financier pour aider les employés qui en ont besoin.

L’organisation espère que le conflit se réglera rapidement afin de pouvoir procéder à la reprise des opérations et de permettre à ses employés de retourner au travail et à ses clients de pouvoir expédier à nouveau leurs produits par transport ferroviaire.

Le service de la Société du Chemin de fer de la Gaspésie est toujours perturbé par des membres de la Première Nation Listuguj Mi’gmaq qui bloquent les rails en appui aux chefs héréditaires de la Première nation de Wet’suwet’en, en Colombie-Britannique.

Rappelons que depuis plus de deux semaines, des manifestants autochtones bloquent routes et voies ferrées. Les chefs s’opposent au projet de gazoduc Coastal GasLink, dans le nord de cette province.

Dans la même catégorie