/regional/troisrivieres/mauricie

Blocus ferroviaire : coup d'éclat du maire de Louiseville!

TVA Nouvelles

Exaspéré par les blocus ferroviaires qui se poursuivaient vendredi pour une 16e journée consécutive à travers le Canada, le maire de Louiseville, Yvon Deshaies, a bloqué vendredi matin une voie ferrée afin de protester contre le manque de leadership du premier ministre Justin Trudeau. 

• À lire aussi: «Les barricades doivent tomber», dit Trudeau 

• À lire aussi: Les policiers interviennent à Saint-Lambert 

Agissant comme simple citoyen et non comme premier magistrat de sa municipalité de la Mauricie, M. Deshaies a dénoncé les barricades qui paralysent les corridors ferroviaires, un peu partout au pays, notamment ceux du Canadien National (CN). 

Il a ainsi organisé son propre blocus sur la voie ferrée de la compagnie Québec Gatineau Railway, laquelle traverse sa ville. 

Il s’est installé avec son kit, soit une pelle pour entasser de la neige sur les rails et tout ce qu’il faut pour alimenter un feu de camp. Il avait même chaussé des mocassins pour l’occasion. 

Au moment où Yvon Deshaies était en train de s’installer, un patrouilleur de la Québec Gatineau Railway est passé dans une camionnette rail-route. Les deux hommes ont discuté. 

Sur une affiche qu’il avait confectionnée, le maire Deshaies demandait aux Premières Nations si elles pouvaient «le prendre dans leur famille» afin qu'il puisse faire avancer ses propres revendications auprès du gouvernement fédéral dirigé par le premier ministre Justin Trudeau. 

Il a dit ne pas comprendre que l’on puisse ainsi défier la loi et les injonctions demandant aux manifestants de plier bagage. «Actuellement, d’un océan à l’autre, au Canada, les gens souffrent. Ça n’a pas de bon sens ce qu’on vit. Je n’en reviens pas qu’il n’y a rien qui bouge», a souligné M. Deshaies. 

«On entend dire des gens qu’ils vont manquer de propane [...] On a encore du manger, mais ça ne se peut pas arrêter un pays comme ça», a-t-il poursuivi en entrevue avec TVA Nouvelles. 

Sa démonstration a duré environ une heure. Après quoi, la Sûreté du Québec a demandé à M. Deshaies de s'installer à côté de la voie ferrée. Le maire a plutôt quitté les lieux parce qu’il avait des réunions à l'hôtel de ville en après-midi. 

Les barricades paralysent le transport de passagers et de marchandises, notamment dans la nation mohawk de Tyendinaga, en Ontario, ainsi qu’à Saint-Lambert, sur la Rive-Sud de Montréal. 

Dans la même catégorie