/regional/saguenay

Nettoyage commencé dans l’appartement laissé sens dessus dessous à Saguenay

Valérie Fortin | TVA Nouvelles

Une importante opération de nettoyage a commencé vendredi matin pour désencombrer un appartement laissé complètement sens dessus dessous par des locataires à Saguenay.  

• À lire aussi: Saguenay: un propriétaire découragé par l’état d’un logement  

Jean-Guy Lavoie, le propriétaire de l'immeuble situé sur la rue des Oblats, dans l'arrondissement de Chicoutimi, a découvert l'état des lieux mercredi. La locataire et son fils ont été évincés après plusieurs mois passés sans payer.  

M. Lavoie, un retraité de 70 ans, en a pour plusieurs jours à tout nettoyer. Heureusement, le propriétaire peut compter sur de l'aide. Des amis et des voisins de M. Lavoie, qui ont vu le reportage diffusé par TVA Nouvelles jeudi, ont décidé de venir lui donner un coup de main, tellement ils étaient découragés de l'état lamentable du logement.  

Le propriétaire a même dû se doter d’un conteneur afin de réussir à sortir tout le matériel empilé partout dans l'appartement. En moins de deux heures, le conteneur était déjà plein à craquer et il restait encore beaucoup d'objets à l'intérieur.  

«Il faut qu'ils aillent se faire soigner. Ça n'a pas de bon sens : vivre dans ça», a affirmé M. Lavoie.  

Le septuagénaire ne veut plus jamais revivre de telles situations. Il veut mettre son immeuble en vente dans les prochains jours.  

«Définitivement que je veux vendre. Il faut nettoyer comme il le faut parce qu'il n'y a pas personne qui voudra acheter ça. C'est une poubelle. Une grosse poubelle qu'il faut vider», a-t-il indiqué, découragé.

Pas les premiers dégâts

TVA Nouvelles a appris que ce n'est pas la première fois que ces mêmes locataires, une mère et son fils, laissent de tels dégâts derrière eux.

Steeve Cossette, qui est propriétaire d'un immeuble sur la rue Dubé, à Chicoutimi, n'en revenait pas quand il a vu le reportage diffusé à la télévision. Lui aussi a vécu exactement la même situation en 2018.

«On trouvait qu'il y avait une grande ressemblance avec ce qu'on avait vécu», affirme M. Cossette. Après des vérifications, il s'est rapidement rendu compte que M. Lavoie avait malheureusement eu affaire aux mêmes locataires indésirables.

«Dans mon cas, ça été six jours intensifs à tout sortir ce qui avait là. On a rempli cinq conteneurs de vêtements, deux conteneurs bleus pour la récupération, 11 conteneurs à déchets et trois voyages au dépôt sec», se souvient-il.

Autant M. Cossette que M. Lavoie mettent en garde les propriétaires de logements pour éviter de vivre, comme eux, un tel cauchemar. 

Les deux hommes rappellent de ne pas hésiter à faire des vérifications plus poussées et de demander des références avant de signer un bail.