/news/politics

Saint-Lambert: la balle est dans la cour des policiers, dit François Legault

Agence QMI

Le premier ministre François Legault a dit vendredi s’attendre à ce que les policiers fassent «rapidement» leur travail, maintenant qu’une injonction a été obtenue par le Canadien National (CN) pour démanteler le blocus des voies ferrées à Saint-Lambert.  

«Je m’attends à ce que le démantèlement se fasse bientôt», a-t-il confié en marge d’un point de presse à Montréal.  

• À lire aussi: La barricade toujours en place, malgré l'injonction  

• À lire aussi: L'injonction remise aux manifestants du blocus de Saint-Lambert  

• À lire aussi: Blocus ferroviaire à Edmonton: Peter MacKay montré du doigt pour ses propos sur Twitter  

«L’important, c’est que ça se fasse rapidement. Il n’y a pas de délai comme tel», a-t-il précisé.  

Comme la veille, M. Legault a insisté à plusieurs reprises pour que les «lois soient respectées». «Évidemment, je souhaite que ça se fasse dans l’ordre», a-t-il toutefois nuancé vendredi.  

 

 

S’il assure qu’il «faut être prudent», M. Legault est d’avis que les citoyens appuient l’idée de démanteler la barricade de Saint-Lambert.  

«Ils peuvent manifester. Ils ont le droit de manifester leur désaccord, mais ça ne doit pas se faire aux dépens des travailleurs», a-t-il indiqué.  

«Je m’attends à ce que les policiers fassent leur travail, a-t-il ajouté. Comme on dit, la balle est dans leur cour, et c’est à eux à faire le travail. C’est aussi à eux de décider comment et quand ils le font.»  

La barricade encore en place  

Des manifestants bloquent depuis mercredi les voies ferrées du CN à Saint-Lambert en soutien avec la communauté Wet'suwet'en de la Colombie-Britannique. Conséquence: le service sur la ligne 4 Mont-Saint-Hilaire d’exo a notamment dû être interrompu.  

En matinée vendredi, plus d’une vingtaine de manifestants étaient encore sur place. Des policiers étaient présents, mais se tenaient en retrait. Il y avait notamment le poste de commandement mobile de Service de police de l’agglomération de Longueuil (SPAL).  

Jeudi soir, un huissier accompagné de policiers du CN et du SPAL a remis aux manifestants une copie papier du jugement, les forçant de cesser leur occupation des rails.  

Contrairement à d’autres barrages érigés un peu partout au pays, le campement de Saint-Lambert n’est pas situé en territoire autochtone.  

Rappelons que la nation autochtone Wet’suwet’en s’oppose au passage du gazoduc Coastal GasLink sur son territoire, dans le nord de la Colombie-Britannique.  

Vendredi, François Legault a déploré des pertes d’une centaine de millions par jour en raison des blocages. «Ce n’est pas bon pour l’économie, a-t-il ajouté. Ce sont des dommages importants.» 

Dans la même catégorie