/news/society

Combattre l’intimidation par le paintball

Stéphane Sinclair - Le Journal de Montréal

Paintball

Stéphane Sinclair

Une école secondaire privée des Laurentides soutient avoir réussi à améliorer la réussite scolaire de ses élèves ainsi qu’à réduire l’intimidation grâce au paintball.  

Amélioration des relations entre élèves et professeurs, cohésion sociale renforcée entre les jeunes, augmentation de la motivation et réduction de l’agressivité.    

Les effets positifs ressentis à l’école secondaire Collège Boisbriand depuis que l’école privée organise des sorties de paintball sont inestimables pour le directeur Mario Bigras.   

« On le voit. Les jeunes développent des relations entre eux, mais aussi avec les professeurs. Ça fait une véritable différence entre les murs de l’école », s’enthousiasme-t-il.   

« La dynamique scolaire est différente. On sent la motivation de nos élèves. On voit même moins d’intimidation à l’école. Les jeunes apprennent à se connaître avec leurs différences et leurs avantages en jouant au paintball », continue-t-il.    

Élèves heureux  

Le Collège Boisbriand organise depuis dix ans une à deux sorties de paintball par année. L’activité devient de plus en plus populaire. Les jeunes commencent à s’impliquer un mois avant la sortie et en parlent encore un mois après.   

« Je suis super heureux. Mon gars est gêné d’habitude, et là, il m’a dit avoir réalisé l’une des plus belles activités de sa vie. Il adore son école. Il s’est fait plein d’amis », lance Rock Laflamme, papa de Yoan Laflamme, 12 ans.    

Certains détracteurs affirment que le paintball est violent et que ce sont des gens qui ne font que se faire tirer des balles de peinture ou jouer à la guerre.     

Selon Stéphane Corbeil, copropriétaire de Paintball Mirabel, ils ont tout faux. L’activité est inclusive et permet plutôt de créer des liens.   

« Au paintball, tout le monde est important. Une personne qui ne fait aucun sport et qui fait de l’embonpoint peut être aussi utile que les plus sportifs et les plus rapides. Tout seul... tu te fais peinturer. Tu as besoin des autres. Des compagnies viennent ici pour apprendre à leurs employés à travailler en équipe », explique-t-il.     

Tous des frères d’armes   

M. Corbeil explique que le respect entre les jeunes provient du fait que chacun est important et que chaque tâche ou mission est importante.   

« Même un joueur qui se fait peinturer est important. Pendant qu’il se fait peinturer, les autres ne se font pas peinturer et avancent vers l’objectif. Ce joueur a été utile à toute l’équipe même s’il est “mort”. Un sacrifice utile », lance-t-il.    

Travail d’équipe  

Enza Di Caprio, de Paintball Mirabel, forme les jeunes au travail d’équipe entre chaque partie.

Photo Stéphane Sinclair

Enza Di Caprio, de Paintball Mirabel, forme les jeunes au travail d’équipe entre chaque partie.

Entre chaque partie, les animateurs du centre de paintball donnent des formations sur le travail d’équipe.   

« N’oubliez pas. Pour qu’un de vos joueurs avance, il faut que d’autres joueurs tirent des balles de peinture pour le couvrir. Tout seul, vous n’avancerez jamais. La vie est un travail d’équipe. Le paintball est un travail d’équipe. Tout seul, vous n’êtes rien sur le terrain », a lancé Enza Di Caprio, directrice des ventes et animatrice chez Paintball Mirabel, devant les jeunes qui buvaient ses paroles.    

« C’est malade. C’est vraiment “cool”. C’est une journée inoubliable. On a du plaisir. On peut même peinturer nos professeurs », a lancé Sabrina Seccareccia, 14 ans, à la fin de l’activité.   

Le paintball comme thérapie   

Le paintball est tout sauf violent et peut s’avérer une véritable thérapie pour certains.   

« C’est beaucoup moins violent que le hockey, et même les jeunes sans talents sportifs vont être utiles », lance Pierre Ouellet, intervenant social auprès des jeunes et des parents pour l’organisme L’Intervenant. Il croit que les gens doivent laisser tomber leurs préjugés sur ce jeu de guerre.   

« J’y ai moi-même joué et je n’ai jamais vu de parents se battre dans les estrades [comme au hockey]. Les jeunes ont vraiment du plaisir, apprennent à communiquer et à travailler en équipe, et ce, même avec leurs parents », dit celui qui travaille auprès des jeunes depuis 23 ans.   

Le propriétaire de Paintball Mirabel, Stéphane Corbeil, se désole que le sport soit vu négativement, car les effets positifs sont plus importants.   

« On essaye d’approcher des écoles depuis de nombreuses années, mais c’est un coup d’épée dans l’eau chaque fois. On nous dit toujours que c’est un sport violent. Que c’est un jeu de guerre. Je ne peux pas leur en vouloir de ne pas connaître notre sport. Ces directeurs ou ces professeurs n’ont jamais joué pour affirmer cela. C’est un sport tellement positif pour les jeunes, et le directeur du Collège Boisbriand l’a vite compris. Ça fait dix ans qu’il amène ses élèves ici. Il sait plus que tout le monde que c’est un sport utile pour ses élèves après tant d’années », soutient-il.