/news/law

Un amateur d’arts martiaux mixtes déclaré dangereux

Roxane Trudel - Le Journal de Montréal

Steve Frenette

Capture écran tapology.com

Un adepte d’arts martiaux mixtes qui a battu et laissé pour mort son collègue déménageur de 69 ans sous le coup de la colère a été déclaré délinquant dangereux, vendredi.   

« Le délinquant [Steve Frenette] est très fort. Il est en mesure de faire des dommages considérables en utilisant ses poings. Il ne contrôle pas cette force lorsqu’il est hors de lui », a souligné le juge Alexandre Dalmau, au palais de justice de Montréal.  

Il a infligé une peine de détention d’une période indéterminée à Frenette. Ce dernier devra être évalué de nouveau avant de sortir de prison.  

Le 20 février 2017, un conflit a éclaté entre Frenette et son collègue déménageur lors de l’exécution d’un contrat. En furie, l’homme de 38 ans a frappé Ronald Lapensée, avant de s’enfuir, le croyant mort.   

Séparation  

La victime ne respirait plus et saignait abondamment au moment de l’arrivée des policiers, a relaté le juge.   

Le sexagénaire présentait également plusieurs lacérations à la tête, dont le nez « séparé en deux », et aurait subi un traumatisme crânien.  

Pour M. Lapensée, les préjudices sont encore importants. Il doit vivre avec des étourdissements et des maux de tête.   

« [S]a vie a basculé [...]. Il n’est plus en mesure de travailler comme avant. Il vit avec beaucoup de stress et d’anxiété. Il s’est séparé de sa conjointe », peut-on lire dans le document de cour.  

Selon les Services correctionnels, Frenette aurait avoué « avoir frappé de toutes ses forces [l’aîné] » et qu’il « ne se rappelait pas la dernière fois qu’il avait frappé un individu avec une telle fureur », peut-on lire dans le jugement écrit.   

Frenette se trouvait d’ailleurs en libération conditionnelle.  

Il minimise  

Selon une psychologue à l’Institut Philippe-Pinel de Montréal, le trentenaire minimise ses gestes et sa violence et ne réalise pas le danger qu’il peut représenter vu la force qu’il peut manifester, a résumé le juge Dalmau dans sa décision.   

« Il blâme l’extérieur, se place comme en victime et décrit toujours les événements comme de la légitime défense », avait dit la Dre Tiziana Costi lors de son témoignage.   

Malgré tout, la psychologue était d’avis qu’il restait de l’espoir dans le cas de Frenette, et qu’il devrait être étiqueté délinquant « à contrôler », plutôt que délinquant « dangereux ».   

La défense a quant à elle plaidé que la preuve était insuffisante pour que Frenette soit déclaré dangereux. Elle demandait plutôt une peine équivalente à sa détention présentencielle, assortie d’une ordonnance de probation.  

Le juge en désaccord  

Or, ce n’était pas l’avis du juge, qui a décidé d’aller outre les conseils de l’experte et de déclarer l’individu « délinquant dangereux », tout en imposant une peine de détention d’une durée indéterminée, comme suggéré par la procureure de la Couronne, Me Louise Blais.   

« L’historique des actes de violence perpétrés par le délinquant toute sa vie [...] son impulsivité, ses difficultés à gérer les conflits et ses distorsions cognitives en rapport à l’utilisation de la violence démontrent qu’il est incapable de se contrôler », a soutenu le juge Dalmau.   

Le public avant tout  

Pour lui, il est clair qu’il faut prioriser la protection du public en isolant le criminel du reste de la société.   

Par le passé, Frenette a été reconnu coupable entre autres de vols qualifiés, de méfaits, de fraude et de voies de fait.   

Il aurait notamment blessé un policier lors d’une arrestation, agressé deux codétenus en 2008 et frappé un infirmier lors d’un passage en détention préventive.   

♦ Steve Frenette, surnommé « Joues rouges », a perdu son seul combat professionnel dans l’octogone en 2016, au sein de la Ligue d’arts martiaux mixtes du Québec. Chez les amateurs, il présente une fiche de trois victoires et deux défaites.