/sports

Un chauffeur de Zamboni bat les Maple Leafs!

Agence QMI

Rarement les amateurs ont été témoins d’une sortie aussi dominante d’un gardien d’urgence dans la Ligue nationale de hockey (LNH). Samedi soir, ce fut le cas pour David Ayres qui a permis aux Hurricanes de la Caroline de se sauver avec une victoire de 6 à 3 face aux Maple Leafs, à Toronto.

Alors que James Reimer et Petr Mrazek se sont blessés coup sur coup dans les 28 premières minutes de jeu, Ayres, un conducteur de «Zamboni» de 42 ans pour les Marlies de Toronto, a dû enfiler son équipement et sauter sur la glace face à la puissante attaque de l’équipe locale.

Ironiquement, cet équipement était aux couleurs des Marlies, le club-école des Maple Leafs, avec qui il a été envoyé dans la mêlée en février dernier, alors qu’une situation semblable s’était déroulée.

«Je lui ai dit d’arrêter des rondelles. Nous lui avons dit que nous y allions pour la victoire en troisième. “On ne va pas abandonner, on va te protéger, mais tu devras faire un arrêt ou deux pour nous mener vers la victoire.” C’est exactement ce qui est arrivé. J’ai beaucoup aimé la façon dont il a été accepté par les gars, qui l’ont encouragé. C’est spécial d’en faire partie», a mentionné l’entraîneur-chef Rod Brind’Amour sur le site web de son équipe.

Ce fut une soirée peu banale pour Ayres qui a terminé la rencontre avec huit arrêts sur 10 tirs et inscrit son nom dans le livre des records de la LNH. Il est devenu le premier gardien d’urgence à remporter un match ainsi que le plus vieil homme masqué à remporter une première partie dans le circuit Bettman.

Dure entrée en matière

Le hockeyeur professionnel d’un jour a flanché dès le premier tir qu’il a reçu. Il faut tout de même dire que John Tavares était à l’autre bout de ce lancer ; un dur baptême du feu pour Ayres. Pierre Engvall l’a déjoué quelques instants plus tard lorsqu’il a sauté sur un retour de lancer.

«Je ne pensais pas être nerveux si jamais cela arrivait, mais j’ai été nerveux pendant toute la deuxième période, comme vous avez pu le voir, a confié celui qui était portier dans les rangs mineurs. Je n’aurais pu bloquer un tir même si on m’y avait forcé, en deuxième. J’ai dit aux gars, “Lorsque je serai de retour au troisième engagement, je serai prêt.”»

En avance 4 à 3, les «Canes» ont joué du hockey inspiré et ont porté leur avance à trois buts dès les premières minutes de la période. Ils ont ensuite tout fait pour protéger leur nouveau coéquipier.

«Ils ont joué tellement bien lors de cette période. Ils ont joué simple et ont gardé l’action loin de moi. Je leur ai dit de me donner quelques tirs, mais pas trop», a ajouté Ayres.

«Les gars étaient incroyables. Ils m’ont dit de seulement prendre du plaisir et de ne pas penser au nombre de buts que je laissais passer. “Profite du moment, c’est le tien.”»

David Ayres a finalement été nommé première étoile de la rencontre, a reçu une ovation debout des partisans des Leafs et a eu la chance de célébrer dans le vestiaire avec la «Bunch of Jerks». L’attaquant Warren Foegele, qui a marqué deux fois pour les visiteurs, avait le mot juste pour décrire cette situation.

«C’était fou, a-t-il dit. Il a sûrement rêvé de jouer dans la LNH à un moment de sa vie. Il faut lui donner du crédit, il a fait de gros arrêts pour nous.»