/finance

Deux fois plus d’impôt... à cause de la pluie

Francis Halin - Le Journal de Montréal

GEN - HÉLÈNE BÉLANGER

MARTIN ALARIE / JOURNAL DE MONTR

Une propriétaire d’une PME de jeux gonflables de Mirabel est en colère contre le gouvernement parce qu’elle doit payer deux fois plus d’impôt quand il pleut.  

« S’il fait beau, et que je dépasse les 5500 heures, je paye moins d’impôt, soit 5 %, sinon je dois payer 11,5 %, c’est fulgurant », lance au Journal Hélène Bélanger, présidente de Jeux Aérofun de Mirabel, dans les Laurentides.  

Fondée en 2011, la PME de location de jeux gonflables de la Rive-Nord emploie sept travailleurs saisonniers payés entre 13 $ et 17 $ l’heure, soit plus que le salaire minium actuel de 12,50 $ l’heure.  

Quand il fait beau, et que les affaires roulent, Hélène Bélanger réussit à embaucher assez d’employés saisonniers pour franchir la barre des 5500 heures et a droit au taux d’imposition préférentiel de 5 % de la Déduction pour petites entreprises (DPE).  

PME pénalisées  

Mais lorsque la saison tombe à l’eau, les contrats se font plus rares et elle n’accumule pas assez d’heures pour avoir la déduction, et doit payer une à deux fois plus d’impôt.   

« Ça me saigne de milliers de dollars. Si j’avais ces sous-là, je pourrais donner des meilleurs salaires », ajoute Hélène Bélanger.  

« Ce qui est pervers avec cette politique-là, c’est que ce sont les plus petites entreprises qui ont le plus besoin de prévisibilité », déplore le v.-p. québécois de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI), François Vincent.   

D’après lui, les casse-croûtes, librairies ou petits commerces situés sur une rue en travaux sont souvent les premières à payer le prix de la rigidité de cette règle fiscale.  

En pleine pénurie de main-d’œuvre, François Vincent ne comprend pas pourquoi les plus petites entreprises de la province voient leur taux d’imposition bondir de 130 %.   

« C’est triste, ça fait mal aux plus petites entreprises saisonnières du Québec, ça fait mal à celles qui ont le plus besoin d’aide », conclut-il.  

*Au pays, une personne sur trois est propriétaire ou employé d’une PME.

* Au fédéral, les entreprises payent 9 % sur la première tranche d’impôt de 500 000 $ de revenus nets par rapport à 15 % sur les montants plus élevés.