/news/politics

Roberge s’excuse à Weinstock et le réinvite à donner sa conférence

Jérémy Bernier | Le Journal de Québec

Jean Francois Roberge

Simon Clark/Agence QMI

Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, a tenu dimanche à présenter ses excuses au philosophe Daniel Weinstock pour l’avoir écarté du forum de consultation sur la révision du cours d’éthique et culture religieuse.  

Dans un communiqué diffusé dimanche après-midi, M. Roberge assure que « le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur souhaite l’entendre de nouveau ».   

Il espère également que M. Weinstock viendra présenter sa conférence lors du prochain forum, « comme il l’a fait lors du forum de Québec ». Un événement durant lequel l’enseignant de l’Université McGill avait apporté « un éclairage enrichissant » concernant le rôle de l’éthique à l’école. 

Le ministre avait exclu M. Weinstock parce qu’il avait « constaté qu’il y avait de la controverse et que ça risquait de nous faire perdre de vue nos objectifs [dans les débats] », sans toutefois préciser quel était l’enjeu de ladite controverse. 

Weinstock « satisfait » 

Rappelons que des propos que le professeur avait tenus en 2012 au sujet de l’excision symbolique avaient refait surface mercredi dernier, après avoir été rapportés de manière inexacte dans une chronique d’opinion. 

Or, Daniel Weinstock a réitéré qu’il n’approuve pas la position de ceux qui prônent l’excision symbolique. En 2012, il avait seulement fait état de l’existence de cette position, dans le cadre d’un débat. 

Mis au fait des excuses publiques du ministre de l’Éducation, Daniel Weinstock a réagi positivement. 

« Je suis entièrement satisfait, je crois qu’il reconnaît qu’il y a eu une certaine précipitation dans ses gestes. L’erreur est humaine, et c’est appréciable qu’elle soit reconnue dans un laps de temps relativement court. » 

De son point de vue, la situation est revenue à la normale. M. Weinstock ne garde d’ailleurs aucune rancœur envers M. Roberge et dit comprendre que des événements peuvent se précipiter. 

« Si ça ne s’était pas soldé par des excuses sincères, sur le fond plutôt que sur la forme, comme ça avait été le cas samedi, ç’aurait été différent. Mais ce n’est pas le cas, je suis entièrement satisfait », répète-t-il. 

Pas de froid 

Le philosophe n’est toutefois pas certain de participer au prochain forum qui se déroulera jeudi, à Trois-Rivières, en raison de ses obligations d’enseignant. 

« Ce n’est pas du tout en lien avec un quelconque froid entre M. Roberge et moi-même. Je lui ai même indiqué que si je n’étais pas en mesure de m’y rendre, je me rendrais disponible de quelque manière que ce soit pour les prochaines consultations. » 

Invité à réagir à la situation, le cabinet du ministre Roberge a indiqué ne pas vouloir faire de commentaire supplémentaire à ce sujet.