/news/law

Le CP obtient une injonction

TVA Nouvelles et Agence QMI

Malgré l'injonction obtenue par le Canadien Pacifique (CP) pour forcer le démantèlement de la barricade érigée sur la voie ferrée, il n'y a pas eu de changement à Kahnawake.       

L’injonction doit d’abord être signifiée aux manifestants. On ne sait toujours pas quel corps policier sera responsable de la faire appliquer sur le terrain afin que les manifestants cessent leur blocus.    

Des manifestants bloquent depuis le 10 février les voies ferrées du CP sur lesquelles circulent les trains de banlieue de la ligne Candiac en solidarité avec la nation Wet’suwet’en.    

Cette dernière s’oppose au projet de gazoduc Coastal GasLink qui est en construction dans le nord de la Colombie-Britannique.        

L’agence exo a mis en place un service alternatif d’autobus pour assurer le trajet entre Candiac et Montréal.      

La communauté mohawk considère que l'injonction est une provocation et craint également une escalade des tensions.    

«Nous espérons que la Sûreté du Québec ne va pas intervenir à Kahnawake. Ce serait sage. Il devrait y avoir des manières de négocier. Nous ne sommes certainement pas contents de l'injonction. Il n'y a aucun projet de démanteler les barricades en ce moment», a fait savoir Kenneth Deer, secrétaire de la nation mohwak à Kahnawake.   

Route 344 rouverte    

Après avoir été complètement bloquée pendant une bonne partie de la journée, la route 344 a été rouverte partiellement en début de soirée.     

Les manifestants mohawks ont libéré une voie afin de laisser passer les automobilistes, à Kanesatake. La circulation se fait au ralenti mais elle n'est pas entravée.   

Lennoxville    

À Sherbrooke une vingtaine de manifestants masqués ont décidé de bloquer le chemin de fer dans le secteur de Lennoxville, mardi matin.     

En Gaspésie, le campement érigé sur la voie ferrée à Listuguj est toujours en place.     

À l’ouest de Toronto, le service de train de banlieue métropolitain de GO Transit vers Hamilton a été interrompu mardi matin en raison de manifestants solidaires des chefs héréditaires wet'suwet'en de Colombie-Britannique. Ils ont bloqué les rails surplombant la baie de Burlington, à l'extrémité ouest du lac Ontario, lundi après-midi. Des agents de la Police provinciale de l'Ontario ont été envoyés sur place pour surveiller les manifestants, mais aucune intervention n'était prévue.            

Ce blocus a été instauré en réaction à l'opération policière menée plus tôt lundi matin du côté de Tyendinaga, où dix personnes ont été arrêtées lors du démantèlement du camp qui paralysait les voies du CN. Des policiers surveillaient toujours ce passage à niveau mardi matin.