/finance/realestate

Le marché des résidences de luxe se porte très bien dans la grande région de Montréal

Agence QMI

CAPTURE D'ÉCRAN/ROYAL LEPAGE HERITAGE

C’est dans la grande région de Montréal que les prix des maisons et copropriétés de luxe ont affiché la plus forte augmentation au Canada l’an dernier, selon un rapport publié ce mardi par la firme Royal LePage.

Au cours de la période de 12 mois terminée le 31 janvier dernier, le prix des maisons de luxe dans la région de Montréal s’est apprécié de 8,5%, alors que de celui des copropriétés haut de gamme a affiché une hausse de 8,3%.

Selon les observations de Royal LePage, le prix médian d’une maison de luxe dans le Grand Montréal était de 1 853 513 $ à la fin de janvier dernier, alors qu’il était de 1 409 262 $ pour les copropriétés luxueuses de type appartement.

En comparaison, à Toronto, au cours des 12 derniers mois, l’augmentation pour les maisons de luxe n’a été que de 1,2% pour un prix médian de 3 629 916 $. Pour une copropriété luxueuse, la hausse a été de 7,0% pour un prix médian de 2 402 650 $.

À Vancouver, où les prix sont plus élevés qu’à Toronto, c’est une baisse qui a été observée entre le 1er février 2019 et le 31 janvier 2020, dans les deux catégories de résidence.

Dans la grande région de Montréal, l’appréciation des prix continue de se resserrer, a souligné la firme immobilière, ajoutant que «le manque de confiance chez les vendeurs est un facteur contribuant grandement à l’offre réduite de propriétés de luxe dans la région [...]. Ils craignent de ne pas trouver ce qu’ils recherchent une fois leur résidence actuelle vendue. La plupart d’entre eux s’inquiètent des hausses de prix rapides. Ils redoutent que ceci entraîne une diminution de leur pouvoir d’achat alors qu’ils cherchent encore chaussure à leur pied sur le marché, advenant des retards dans l’achat de leur future propriété.»

Royal LePage fait remarquer que la demande pour ce genre de résidences est stable dans les quartiers haut de gamme bien établis, comme Westmount et Outremont, mais qu’une hausse a été constatée dans les quartiers en périphérie, comme Le Plateau et Griffintown. Les résidences de luxe dans l’Ouest-de-l’Île (West Island) demeurent populaires, a ajouté Royal LePage.

Selon les estimations de la firme, le prix médian des maisons luxueuses dans la grande région de Montréal devrait connaître une hausse de 5,25% pour atteindre 1 951 000 $ au cours de la prochaine année et celui des copropriétés haut de gamme devrait monter de 5,0% pour se chiffrer à 1 480 000 $.

Pour être considérée luxueuse, une maison détachée doit valoir au minimum 1 322 808 $ dans la grande région de Montréal. Pour un appartement en copropriété de luxe, le seuil le plus bas est de 1 046 065 $. À Toronto et Vancouver, les seuils les plus bas utilisés pour les maisons détachées sont respectivement de 3 150 070 $ et de 4 339 533 $. Pour les copropriétés de luxe, les seuils sont de 1 681 897 $ à Toronto et de 1 875 347 $ à Vancouver.