/news/politics

Ottawa exhorte les manifestants à coopérer

Agence QMI

Le gouvernement fédéral continue de miser sur la collaboration avec les manifestants et Autochtones qui bloquent des voies ferroviaires pour une 20e journée et évite toujours de se prononcer sur la façon dont les barrages sont toujours en place devraient être démantelés par les forces policières. 

• À lire aussi: Toujours des blocages ferroviaires 

• À lire aussi: Arrestation des manifestants qui bloquaient les rails à Lennoxville 

• À lire aussi: Blocus à Listuguj: une injonction déposée par Québec 

«Avoir des barricades, ce n’est pas ce qui va régler la situation. Ce qui peut aider à avancer, c’est qu’on soit en discussions avec les communautés», a insisté la ministre du Revenu national Diane Lebouthillier. 

Près de sa circonscription gaspésienne, un blocus a toujours cours à Listuguj, et ce depuis plusieurs semaines. Elle s’est montrée inquiète des répercussions des barrages prolongés sur le secteur éolien et forestier de sa région. 

«De pouvoir acheminer les produits, pour nous c’est important, mais c’est aussi important de travailler avec les Première Nations», a-t-elle ajouté. 

Face aux manifestations qui continuent au Québec, le premier ministre québécois François Legault a exhorté la Sûreté du Québec de tout faire en son possible pour démanteler les barricades et de collaborer avec les corps policiers autochtones. 

Le ministre fédéral de la Sécurité publique, Bill Blair, a réitéré qu’il ne revient pas à Ottawa de donner des ordres aux forces de l’ordre sous compétence provinciale. 

«Elles ont leurs propres politiques. Je sais que c’est leur intention de résoudre chaque cas de la façon la plus pacifique possible, a-t-il dit. Je respecte leur rôle et nous ne leur donnerons pas de directives.» 

Malgré les nouveaux blocus qui émergent, certains ministres soutiennent que la situation s’améliore. C’est notamment le cas de la ministre du Développe économique Mélanie Joly. 

«Il y a un mouvement des rails [...],au niveau du transport de marchandises, mais il faut encore travailler. On comprend l’anxiété des gens», a-t-elle fait valoir.