/regional/montreal/monteregie

La barricade de Kahnawake renforcée

Agence QMI

La barricade érigée à Kahnawake, il y a plus de deux semaines, en solidarité avec les chefs héréditaires et militants de la communauté wet'suwet'en, en Colombie-Britannique, ne semble pas prête d’être démantelée.  

Au lendemain de l’obtention par le Canadien Pacifique (CP) d’une injonction ordonnant le démantèlement du blocus ferroviaire présent sur la réserve, la barricade a été renforcée mercredi matin avec un chargement de roches.  

Kenneth Deer, secrétaire de la branche de Kahnawake de la Nation mohawk, a fait savoir qu'il n’avait pas encore vu l’injonction en question.  

«Jusqu’à maintenant, nous n’avons pas encore reçu officiellement l’injonction», a-t-il ajouté.  

M. Deer a précisé que les manifestants se préparaient à l’éventualité d’une intervention policière. «Nous devons prendre certaines précautions parce que nous n’avons pas l’intention de défaire les barricades», a-t-il soutenu.  

La veille, c’est le grand chef de Kahnawake, Joseph Norton, qui a jugé «regrettable» que le CP demande et obtienne une injonction. Le chemin de fer est bloqué depuis plus de deux semaines, ce qui empêche le passage des trains de marchandises et de ceux de la ligne de train de banlieue exo4 - Candiac.  

Ce sont les Peacekeepers qui sont mandatés pour faire respecter l'injonction du CP, mais ils n'ont pas l'intention de le faire.  

«Premièrement et avant tout, nos gens doivent savoir que cette injonction ne sera pas mise en œuvre sur ce territoire», a fait valoir le grand chef Norton.  

«Le premier ministre et tous les politiciens doivent comprendre que ce n'est pas seulement une problématique autochtone, mais aussi pour des millions de gens de partout qui sont inquiets face aux changements climatiques», a-t-il ajouté.  

Les blocus ferroviaires, en appui aux autochones qui s'opposent au gazoduc Coastal GasLink dans le nord de la Colombie-Britannique, durent maintenant depuis plusieurs jours.  

Le promoteur a conclu des ententes avec des élus de la communauté pour réaliser son projet, mais les chefs héréditaires et leurs sympathisants s’y opposent. Selon eux, les élus de la communauté n’ont pas le mandat de régler les questions liées aux terres ancestrales.