/regional/montreal/montreal

Un texte de Félix Leclerc banni dans une école

Geneviève Lajoie | Journal de Montréal

Félix Leclerc

Photo d'archives

Félix Leclerc

Des élèves d’une école primaire de Montréal ont été forcés de jeter au rebut un texte satirique du célèbre poète québécois Félix Leclerc, à la suite d’une plainte d’un parent.     

Au début du mois, l’œuvre bien connue du défunt chansonnier Les 100 000 façons de tuer un homme a été mise à l’index à l’école Saint-Enfant-Jésus, située à la limite du Mile-End.       

Les élèves de 3e et 4e année étudiaient le texte de Félix Leclerc dans le cadre de leur cours d’art dramatique.       

Mais selon nos informations, certains parents n’ont pas apprécié le contenu de cette chanson des années 1970, qui condamne l’oisiveté à laquelle mènerait le filet de sécurité sociale.       

L’artiste québécois y énumère avec ironie les différentes façons de s’enlever la vie avant de conclure que « la meilleure façon de tuer un homme, c’est de le payer à ne rien faire ». « Sur les cent mille façons de tuer quelqu'un, la plus dangereuse c'est le coup de fusil, la plus onéreuse c'est le coup de canon », chantait Félix Leclerc.       

Éviter la controverse  

Devant la pression d’un parent, l’enseignante a changé l’œuvre à l’étude « pour éviter une controverse ». Plus encore, il a été décidé qu’il ne devait plus rester aucune trace du texte au sein du matériel des jeunes.       

En pleine classe, des élèves médusés ont dû retirer la chanson de leur duo-tang et la jeter dans le bac de recyclage, selon nos sources.       

Cette décision n’aurait pas plu à certains enfants, qui auraient demandé de pouvoir travailler sur une autre œuvre du légendaire chansonnier.       

« Trop aride »  

Devant la pression d’un parent, un texte du poète québécois Félix Leclerc a pris le chemin du bac de recyclage à l’école Saint-Enfant-Jésus, un établissement de niveau primaire de Montréal.

Photo Agence QMI, Joël Lemay

Devant la pression d’un parent, un texte du poète québécois Félix Leclerc a pris le chemin du bac de recyclage à l’école Saint-Enfant-Jésus, un établissement de niveau primaire de Montréal.

La directrice de l’école Saint-Enfant-Jésus a refusé nos demandes d’entrevue. La Commission scolaire de Montréal s’est contentée d’un courriel laconique.       

« Le texte soumis au départ a été jugé trop aride pour des élèves de ce niveau, a fait valoir le porte-parole Alain Perron. C’est pourquoi l’enseignante a préféré donner un autre texte. » Le relationniste a ajouté « que l’œuvre de Félix Leclerc est largement étudiée dans nos écoles ».       

En coulisses, des membres du personnel s’interrogent sur le poids des parents dans les activités d’apprentissage.       

Qui plus est avec la récente adoption sous bâillon de la loi 40, qui donne plus de pouvoirs aux parents et remet les clés des commissions scolaires entre les mains des directions d’école.       

Une source bien au fait du dossier estime que ces jeunes étaient à même de comprendre l’ironie du texte et d’apprécier les œuvres « de notre patrimoine ».       

L’événement a été porté à l’attention du syndicat. « Les profs sont soumis à des pressions incessantes des parents d’élèves. La réforme Roberge n’améliorera pas ces conditions. En l’absence de toutes les informations, il nous est difficile d’apporter un jugement appréciable de la situation », a commenté la présidente de l’Alliance des professeurs de Montréal, Catherine Beauvais-St-Pierre, dans une déclaration écrite.       

Félix Leclerc: Les 100 000 façons de tuer un homme  


Sur les cent mille façons de tuer quelqu’un  

La plus dangereuse c’est le coup de fusil  

La plus onéreuse c’est le coup de canon  

Ça demande une équipe entraînée au bruit  

Y’a toujours la corde dite pendaison  

Pour le noeud coulant faut avoir le don.   

  

Sûre que la noyade attire les moroses  

Mais pas garantie parce que l’eau réveille  

Y’a le bon vieux poison mais là faut la dose  

Pas assez tu dors, un peu trop tu veilles.  

  

Le gaz est plus propre, pas de commentaires  

Mais à tout instant gare au courant d’air  

Non je crois que la façon la plus sûre de tuer un homme  

C’est de l’empêcher de travailler en lui donnant de l’argent.  

  

Le rasoir ma foi cette saloperie  

A ses fanatiques parce que c’est tranchant  

La hache le couteau et la scie aussi  

Mais c’est un domaine bourré d’accidents  

Très peu efficace est la collision  

Ça brise une face, laisse des lésions  

Pour mourir de soif faut la volonté  

Le dégoût de l’eau, surtout la santé  

Non vraiment j’y tiens la meilleure façon de tuer un homme  

C’est de le payer à ne rien faire.  

  

Entre mourir d’amour ou bien mourir de rire  

La plus achalandée c’est difficile à dire  

Les deux finissent en spasmes en soubresauts en transes  

Mais les deux sont jeudis  

Le rire toujours comique  

Et l’autre romantique.  

  

La chaise électrique c’est très indécent  

Sauter dans le vide pas toujours prudent  

Étrangler quelqu’un c’est perdre ses sens  

Le trancher c’est pire c’est les sans dessus dessous.  

  

Non vraiment je reviens aux sentiments premiers  

L’infaillible façon de tuer un homme  

C’est de le payer pour être chômeur  

Et puis c’est gai dans une ville ça fait des morts qui marchent.