/news/law

Le pasteur Paul Mukendi écope de 8 ans de prison

Kathleen Frenette | Journal de Québec

Photo d'archives Jean-François Desgagnés

Trouvé coupable d’agression sexuelle, d’agression armée et de menace de mort sur une victime, le révérend Paul Mukendi a été condamné à une peine d’emprisonnement de huit ans.

• À lire aussi: Pas de deuxième chance pour Paul Mukendi  

• À lire aussi: Le pasteur Mukendi «tétanisé» par un courriel  

• À lire aussi: Le Doc Mailloux à la défense de Paul Mukendi  

Le 28 juin 2019, au terme d’un procès de trois semaines devant douze de ses pairs, celui qui se fait appeler «l’apôtre de la ville de Québec» a été trouvé coupable des neuf chefs d’accusation qui pesaient contre lui. 

Si l’avocate de l’homme d’Église avait réclamé, pour son client, un sursis de sentence assorti de travaux communautaires, le juge de la Cour supérieure Jean-François Émond n’a pas vu les choses de la même façon. 

Incisif envers l’accusé, le magistrat a rappelé qu’à la suite d’un procès devant jury, un juge n’avait pas à tirer ses propres conclusions, mais qu’à son avis, les faits avérés des agressions subies laissaient place à «bien peu d’ambiguïté». 

Abus d’autorité 

À plus d’une reprise, en regardant l’accusé menotté, le magistrat a rappelé que Mukendi, pour commettre ses gestes abjects, avait usé de son statut d’homme de Dieu et de son église pour favoriser une intimité que la victime ne recherchait pas, à la seule fin de répondre à ses pulsions sexuelles. 

«Vous avez emprisonné la jeune victime dans une cellule virtuelle et vous avez exploité sa foi pure, naïve et malléable», a-t-il dit devant Mukendi et plusieurs de ses fidèles rassemblés pour soutenir leur pasteur dans l’épreuve.

Le président du tribunal a également estimé que «l’abus de confiance et l’abus d’autorité», des facteurs hautement aggravants, étaient tels qu’ils avaient permis à l’accusé «d’exercer une influence délétère et pernicieuse sur la victime». 

«La relation était viciée depuis le départ et la violence dont vous avez fait preuve est d’une gravité particulière», a ajouté le juge, en précisant qu’elle avait de quoi «choquer», voire «arracher le cœur». 

Prisonnier 

Rappelons qu’à la suite de la condamnation de Mukendi, le magistrat avait choisi d’ordonner la détention immédiate de l’accusé. 

Cependant, ce dernier a porté en appel le verdict et a obtenu de la Cour d’appel la possibilité d’être remis en liberté durant les procédures.     

La formation de trois juges avait cependant spécifié que, le jour du prononcé de la peine, l’homme d’Église devait se constituer prisonnier, ce que Mukendi a fait jeudi, à 9h10. 

Après le prononcé de la peine, l’avocate de Mukendi a déjà fait savoir qu’elle entendait porter la sentence de son client en appel.

Dans la même catégorie