/news/currentevents

Des chiens de traîneau maltraités à l’île d’Orléans?

Jérémy Bernier | Le Journal de Québec

Des vidéos faisant état du mauvais traitement allégués que subissent des chiens de traineau de la compagnie Expédition Mi-Loup, de l’île d’Orléans, ont été partagés sur les réseaux sociaux, suscitant la grogne de milliers d’internautes.     

Pour voir les vidéos, cliquez ici.  

Les images, partagées plusieurs milliers de fois depuis mercredi, montrent une vingtaine de chiens de race Husky enchainés à un poteau avec une laisse d’à peine un peu plus d’un mètre de long. Leur seul abri se résume à un tonneau bleu renversé et ouvert à une extrémité.    

Mais ce qui a fait le plus réagir sur la toile, ce sont les gestes posés par l’un des employés de l’entreprise qui offre des balades de traîneau à chiens. Dans l’une des vidéos, on le voit frapper l’un des canidés en plein visage et le tirer vigoureusement pour l’éloigner des autres lorsqu’il tente de les attacher à un traineau.    

«Les chiens puent et sont traités comme des objets sans avoir d’espace ni d’eau à leur disposition. Mes chiens sont sortis de la "trail" et un [employé] est venu les frapper à coups de pied dans le ventre et à coups de poing dans la face. Un autre [employé] m’a dit que c’était de ma faute s’il le frappait, car j’avais mal dirigé mon traîneau!», s’est indignée la cliente à l’origine des enregistrements.    

Cette dernière affirme également qu'il y a une trentaine de chiots sur le site et elle s'inquiète de ce qui pourrait leur arriver.    

«[Ils sont] tous prêts à prendre la relève de ceux qui se laisseront mourir de faim à cause de la dépression.»    

Plusieurs internautes outrés ont décidé de porter plainte au ministère de l’Agriculture des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) dans le but de faire cesser ces agissements.    

Ils étaient également nombreux à envoyer des messages haineux sur la page Facebook de la compagnie.    

Au moment d'écrire ces lignes, l'entreprise située près de Québec et le MAPAQ n'avaient toujours pas retournés nos appels.