/news/currentevents

Plusieurs accidents dans la région de Québec

Dominique Lelièvre | Journal de Québec

La tempête qui s’abat actuellement sur la région de Québec cause de nombreuses perturbations sur les routes, en plus de plonger dans le noir des milliers de foyers. Une rafale de 102 km/h a été enregistrée à l’aéroport de Québec, la plus puissante en trois ans.

• À lire aussi: Un camion tombe de l’autoroute Laurentienne à Québec  

• À lire aussi: Le pont de l'Île-d'Orléans fermé à nouveau 

• À lire aussi: Jour de tempête sur le Québec  

La rafale de 102 km/h est la plus élevée depuis le 1er mars 2017. Le record absolu est de 111 km/h le 4 mars 1971 lors de la fameuse tempête du siècle qui avait laissé 44 cm de neige sur Québec. 

Mais aujourd’hui, les vents les plus puissants dans la région de Québec, 115 km/h, ont été enregistrés par la station météo située à la pointe est de l’Île-d’Orléans.

Les vents violents accompagnant la tempête qui frappe actuellement la région de Québec causent bien des maux de tête à Hydro-Québec. En début d’après-midi, la société d’État comptabilisait 111 interruptions touchant 31 500 clients sur les 422 000 que compte la Capitale-Nationale.

La région de Québec est de loin la plus touchée puisqu’à la grandeur de la province, les pannes ne touchaient que 70 000 des 4,4 millions de clients d’Hydro-Québec.  

Dans Chaudière-Appalaches 1700 clients étaient privés d’électricité, alors que le Saguenay-Lac-Saint-Jean en dénombrait 2900. 

Les vents ont provoqué le bris d’un poteau sur le boulevard Bastien, à Québec.  

«Des rafales à près de 100 km/h ont été enregistrées. La neige est lourde et des branches ou des arbres se cassent. C’est ce qui cause la majorité des pannes», a indiqué Catherine Savoie, porte-parole d’Hydro-Québec. 

«Nous sommes en plein cœur de la tempête, l’heure est actuellement au bilan. Nos équipes sont sur le terrain pour rétablir sur service», a-t-elle ajouté. 

Les cégeps fermés depuis midi 

Devant une situation de plus en plus chaotique sur les routes, les cégeps de Sainte-Foy, Garneau, de Limoilou de Lévis-Lauzon ont annoncé la suspension des cours à compter de midi. L’Université Laval demeure ouverte.     

De nombreux accidents 

À Québec, des informations préliminaires indiquent que plusieurs véhicules sont accidentés sur l'autoroute Dufferin-Montmorency. Un véhicule incendie serait impliqué.   

Plus tôt, des collisions impliquant une dizaine de véhicules ont lourdement entravé l’autoroute Robert-Bourassa, près du boulevard Versant-Nord, en direction nord.        

Sur l’autoroute 73, à Scott, un semi-remorque de 53 pieds a effectué une mise en portefeuille.           

Au moment d’écrire ces lignes, les policiers ne rapportaient heureusement aucun incident ayant causé des blessures sérieuses.         

Les conditions routières sont particulièrement difficiles sur la Rive-Sud et notamment sur les autoroutes 20, vers Montmagny, et 73, vers la Beauce. Le ministère des Transports a prévenu qu’elles pourraient éventuellement être fermées à la circulation.           

L’un après l’autre, les chemins où la circulation est habituellement interrompue par précaution, en de semblables circonstances, ont commencé à fermer en Chaudière-Appalaches.           

Après les premiers coups de vent intenses, tôt jeudi, Dame nature s’est mise déverser des précipitations soutenues de neige. La chaussée est couverte à plusieurs endroits, la poudrerie est parfois forte et la visibilité va de réduite à nulle.           

À l’aéroport de Québec et sur l’île d'Orléans, des pointes de vent de près de 90 km/h ont été mesurées.    

«On est dans des ratios d’à peu près 2 à 3 centimètres de neige par heure. [...] La période critique a débuté et va s’étirer probablement jusque vers l’heure du souper», selon le météorologue d’Environnement Canada, Alexandre Parent qui invite à reporter «les déplacements qui ne sont pas essentiels».           

Ainsi, le retour à la maison pourrait sérieusement se compliquer.           

Quantités vertigineuses  

L’agence fédérale annonce des accumulations de neige totales qui donnent parfois le vertige : dans le pire des scénarios, des secteurs du Bas-Saint-Laurent pourraient recevoir une cinquantaine de centimètres. Dans Charlevoix, peut-être une soixantaine!           

Dans la région de Québec et en Beauce, il est question de 20 à 30 centimètres jusqu’à vendredi matin. Le Saguenay et la Gaspésie vont goûter eux aussi à des chutes très appréciables.           

Ces conditions ne sont pas sans rappeler celles qui avaient causé de multiples carambolages, dont l’un a blessé sérieusement une personne, il y a à peine trois semaines. Mais cette fois, il fait plus chaud et la neige est plus lourde, et à priori moins volatile, fait remarquer M. Parent.           

«Des quantités qui dépassent les cinquante centimètres de neige dans la grande région de Québec, Charlevoix, vers le Bas-Saint-Laurent, sans être courant, ce n’est pas non plus si exceptionnel», soulève-t-il.                   

Écoles fermées  

Toutes les commissions scolaires de la Capitale-Nationale et de la Chaudière-Appalaches ont décidé de fermer les portes de leurs établissements.           

Le Réseau de transport de la Capitale et la Société de transport de Lévis connaissent des retards sur leurs parcours. Par ailleurs, plusieurs départs ont dû être annulés à l’aéroport de Québec.           

La Société des traversiers du Québec a également signalé que les traverses entre Québec et Lévis connaissent des perturbations et que le temps d'attente est plus long qu'à la normale.   

Du côté municipal, tant la Ville de Lévis que la Ville de Lévis se disent prêtes à faire face à la tempête.           

«Comme lors de chaque précipitation, l’ensemble du réseau routier de la Ville sera gratté en continu jusqu’à la fin de la tempête. Les rues et trottoirs seront maintenus sécuritaires dans tous les arrondissements. L’opération d’enlèvement de la neige aura lieu une fois que les précipitations seront terminées», a indiqué la Ville de Québec.           

— Avec la collaboration de Pierre-Paul Biron