/news/politics

Bonne première rencontre avec les chefs héréditaires wet'suwet'en, disent les ministres

Émilie Bergeron | Agence QMI

Au terme d'une rencontre qui a duré près de trois heures, les ministres qui rencontraient les chefs héréditaires se sont dits confiants pour la suite des choses.  

Mais à leur sortie, Carolyn Bennett et son homologue Scott Fraser n'ont pas voulu avancer d'hypothèses pour ne pas nuire aux négociations.  

«Je ne veux rien mettre en jeu, c'était une journée productive. J'espère que ça sera une bonne journée demain [vendredi]», a dit M. Fraser.  

Selon lui et Mme Bennett, la suite s'annonce prometteuse.  

De son côté, le fédéral espère que la rencontre en personne avec les chefs héréditaires wet’suwet’en, en Colombie-Britannique, permettra de dénouer la crise des blocus ferroviaires qui dure depuis trois semaines au pays.   

«C’est une victoire pour le dialogue et la résolution de conflit de façon pacifique», a lancé jeudi le ministre des Services aux Autochtones, Marc Miller, depuis la colline parlementaire à Ottawa.   

Sa collègue Carolyn Bennett, aux Relations Couronne-Autochtones, était à Smithers, dans le nord de la Colombie-Britannique, pour rencontrer les acteurs clés de la mobilisation autochtone.   

«J’espère que les discussions iront bien et que les Mohawks de Kahnawake ainsi que ceux en Ontario [à Tyendinaga] vont prendre ça comme un signal positif et décider de baisser les bras, d’enlever les barricades», a espéré le ministre des Transports, Marc Garneau, plus tôt jeudi.   

Les conditions semblaient se réunir pour favoriser le dialogue, en après-midi. Le promoteur du projet de gazoduc Coastal GasLink a annoncé qu’il acceptait de mettre sur la glace ses travaux de construction pendant deux jours, pour répondre à une des doléances des chefs héréditaires wet’suwet’en.   

Ces leaders autochtones ont eux-mêmes affirmé, dans un communiqué, que les «conditions pour donner l’espace nécessaire pour s’asseoir à la table [de négociation] en toute bonne foi» étaient réunies. Ils ont toutefois qualifié la réunion de «premier pas» en précisant qu’ils auraient préféré avoir pour interlocuteur le premier ministre Justin Trudeau et son homologue de la Colombie-Britannique John Horgan.   

M. Miller, même s’il a parlé de victoire pour le dialogue, s’est ravisé de se réjouir trop vite en parlant plutôt de «très très bon début».   

  

De son côté, le secrétaire parlementaire du ministre de la Sécurité publique Bill Blair, Joël Lightbound, s’est dit d’un optimisme prudent.   

Des manifestants solidaires aux chefs héréditaires wet’suwet’en, qui s’opposent au projet de gazoduc Coastal GasLink, perturbent le réseau ferroviaire un peu partout au pays en érigeant des barrages sur des voies ferrées.   

Mercredi, certains protestataires ont mis le feu près de la voie ferrée située à proximité de Belleville, en Ontario, pendant qu’un train roulait. Ottawa a aussitôt dénoncé ces «actes dangereux» et «irresponsables».   

Jeudi, un député conservateur a demandé au ministre Blair si de tels actes constituent du terrorisme, durant la réunion du Comité permanent de la sécurité publique et nationale.   

M. Blair a rétorqué qu’il ne serait pas approprié de se part de définir que les gestes de manifestants relèvent du terrorisme même s’ils sont dangereux.   

«J’évite de faire des déclarations identifiant une activité en fonction du Code criminel [...] parce que je ne veux pas interférer avec l’indépendance opérationnelle des policiers et des procureurs», a-t-il dit.

Dans la même catégorie