/news/culture

Festival Art souterrain: un vaste parcours aux œuvres ambitieuses

Yan Lauzon | Agence QMI

Le réseau souterrain montréalais sera transformé par de multiples œuvres ambitieuses regroupées dans le parcours «Reset» du Festival Art souterrain, qui se mettra en branle samedi.

Pendant trois semaines, les créations de dizaines d'artistes de diverses nationalités habiteront six lieux souterrains de Montréal: le Complexe Guy-Favreau, le Palais des congrès, l'Édifice Jacques-Parizeau, le Centre de commerce mondial, la Place Victoria et la Place de la cité internationale. Moins de lieux que par le passé pour éviter, dit-on, une rupture de l'expérience.

Intrigantes et riches de sens

Dans un avant-goût offert aux médias vendredi, il a été possible d'être témoin de nombreux élans d'ingéniosité et de créativité. Étalée sur plus de cinq kilomètres et dans sept lieux dits hors-piste, l'initiative crée un pont entre des œuvres qui appellent à la réflexion et provoquent une immersion dans un nouveau monde.

Vidéos, photos, sculptures, prestations, manifestations numériques, dessins et autres y prennent efficacement leur place.

Parmi les propositions qui se démarquent, on note «Stop, urgence!», un gros banc circulaire rouge installé au centre d'un cercle jaune où sont inscrits les mêmes mots du nom. Le couple Les Nivaux pose une question toute simple, mais lourde de sens: «Et toi, à quoi dirais-tu stop?» Le duo espère que les gens qui s'y assoiront ou s'en serviront de scène - au Palais des congrès - partageront leur réponse sur les réseaux sociaux.

On peut également poser les yeux sur «Module de survie», un habitat écologique stupéfiant de Daniel Corbeil se basant sur les géonefs. Son installation prône les vertus d'une autosuffisance. L'imposante taille de cette construction - qu'il est possible de visiter au Complexe Guy-Favreau - n'est que la moitié de ce qu'elle devra être si elle doit plus tard faire partie de nos vies.

À cela s'ajoute «Dédales d'Almanach», un immense cube dont les côtés abritent un livre de 1024 pages proposé sous la forme de labyrinthes. Marc-Antoine K. Phaneuf a imaginé un récit post-apocalyptique original et illustré, dont la lecture se fait également au Palais des congrès.

Compagnon de route

Pour ceux et celles qui craignent la complexité du réseau souterrain de Montréal et qui peinent à s'y retrouver dans les chemins qui le composent, sachez qu'une application sera disponible pour téléchargement sur les systèmes d'Android et Apple. Elle contiendra un outil de géolocalisation, mais aussi des infos supplémentaires sur les différents artistes.

Le parcours «Reset» pourra être apprécié dès samedi alors que la journée sera complétée grâce à une Nuit blanche animée par cinq prestations. La vaste exposition du Festival Art souterrain se déroulera jusqu'au 22 mars.