/news/society

Quoi faire pour se préparer à l’épidémie de coronavirus?

Dominique Scali | Journal de Montréal

Des experts  québécois recommandent de ne pas toucher les poteaux dans les transports en commun, comme ces passagers du métro de Shanghai, en Chine.

Photo AFP

Des experts québécois recommandent de ne pas toucher les poteaux dans les transports en commun, comme ces passagers du métro de Shanghai, en Chine.

Il y a une panoplie de précautions que les gens peuvent prendre pour éviter d’attraper ou de propager les virus de la grippe ou du coronavirus. Le Journal a demandé conseil à plusieurs experts, qui lancent un appel à la prévoyance et au « gros bon sens ».  

• À lire aussi: Premier cas probable de COVID-19 au Québec: «Il n'y a pas lieu de s'inquiéter» dit McCann 

1. Se laver les mains  

C’est la consigne que les experts citent systématiquement en premier. Il faut régulièrement se laver les mains avec du savon, pendant 20 secondes. Et c’est particulièrement vrai avant de toucher à son visage, explique Caroline Quach, professeure de microbiologie à la Faculté de médecine de l’Université de Montréal.  

Si on n’a pas accès à de l’eau courante, on peut utiliser une solution hydroalcoolique comme le Purell. Par contre, si on a les mains sales, ça ne sera pas suffisant, rappelle Mme Quach. C’est le cas notamment lorsqu’on vient d'essuyer le nez d'un enfant. On devrait à ce moment-là utiliser une lingette nettoyante pour enlever le mucus afin que la désinfection soit efficace.  

2. Garder ses distances  

Une autre façon de se protéger des gouttelettes contaminées et de s’éloigner des personnes qui toussent dans les espaces publics. Mme Quach recommande une distance de 1 à 2 mètres.  

« Dès que quelqu’un tousse près de moi, je change de place », abonde Tatiana Scorza, professeure au département des sciences biologiques à l’UQAM. Il est aussi préférable d’éviter de toucher les rampes et poteaux dans les transports en commun. « Jamais je ne mets ma main là-dessus », résume Mme Scorza.  

3. Se faire vacciner contre la grippe  

Si on ne l’a pas déjà fait, il peut être judicieux de se faire vacciner contre la grippe saisonnière. Cela ne prémunit pas contre le coronavirus, mais peut faciliter le travail des hôpitaux. En réduisant le nombre de cas qu’on peut contrôler, on contribue à libérer les autorités sanitaires pour les cas plus complexes, explique Mme Scorza.  

Il est toutefois un peu tard pour cette vaccination, puisque beaucoup de cliniques qui y sont dédiées ferment en janvier, rappelle Mme Quach. « Mais pour ceux qui réussissent à en trouver un, c’est une bonne idée. »  

4. Acheter québécois  

Si on a le choix entre de la nourriture produite ou transformée au Québec ou celle qui vient d’ailleurs, il est préférable d’acheter le produit québécois, indique Stéphane Lacasse de l’Association des détaillants en alimentation (ADAQ). Par exemple, une tomate de serre qui a poussée ici aura moins voyagé qu’une tomate importée de l’étranger. Il y a ainsi moins de chances que le produit ait circulé dans un endroit contaminé, explique-t-il.  

Par ailleurs, il est recommandé de laver les fruits et légumes avant de les consommer, indiquait le microbiologiste Marc Hamilton sur les ondes de QUB-radio mercredi.  

5. Rester à la maison en cas de symptômes  

À moins de devoir se rendre à l’hôpital, il est préférable de rester à la maison si on présente des symptômes. « Il y en a qui pensent que c’est une sorte d’acte d’héroïque d’aller travailler quand on est malade », mais c’est faux, insiste Tatiana Scorza.  

6. Faires des réserves  

La ministre fédérale de la Santé recommande aux Canadiens de s’assurer d’avoir « assez de provisions [...] pour survivre pendant environ une semaine sans avoir à sortir ». Un conseil pertinent malgré le risque faible au pays, estime Mme Scorza. Car une personne qui se sent fiévreuse ou congestionnée n’aura pas à se rendre à l’épicerie ou à la pharmacie si elle est déjà équipée à la maison. Il est donc judicieux d’avoir une réserve d’analgésiques et de médicaments de prescription pour les gens qui souffrent de maladies chroniques pour les deux ou trois prochains mois, abonde Mme Quach. « L’autre enjeu, c’est celui de l’approvisionnement », ajoute-t-elle, car bon nombre de médicaments sont produits dans des pays touchés d’où la distribution pourrait être interrompue.  

Pour ce qui est de la nourriture, Stéphane Lacasse de l’ADAQ rappelle qu’il n’y a actuellement aucun problème d’approvisionnement au Québec, malgré le contexte de blocus ferroriviaires. Il dit espérer que l’appel de la ministre ne crée pas un « effet boule de neige » qui incite les gens à dévaliser les supermarchés, ce qui créerait une pénurie artificielle des aliments.    

7. Respecter l’étiquette  

Si l’on doit tousser dans un endroit public, il est préférable de le faire dans le creux de son coude plutôt que dans ses mains ou dans le vide. « Le pli du coude ne sert pas à grand-chose, on n’ouvre pas de portes avec ça », illustre Mme Quach. Les mouchoirs usés ne doivent pas traîner sur le sol ou dans nos poches, mais doivent être rapidement jetés. Et cette opération doit être suivie d’un lavage de mains. Une personne qui présente des symptômes devrait également se couvrir la bouche et le nez d’un masque chirurgical et le changer régulièrement pour minimiser la contamination autour d’elle.  

8. S’entraider dans le voisinage  

« Si les écoles ferment comme en Italie, on fait quoi avec les enfants? », s’interroge Mme Quach. Elle suggère de planifier une solution à l’avance, de se concerter entre voisins, même si ce scénario n’est qu’hypothétique. En s’organisant ainsi, les communautés pourront éviter que tous les parents cessent de travailler advenant de telles fermetures.  

9. Pas de panique!  

Avec une vingtaine de cas déclarés, le risque associé au coronavirus est encore considéré comme « faible » par l’Agence de la santé publique du Canada.  

En guise de comparaison, le virus influenza, principale cause de la grippe saisonnière, entraîne quelque 12 200 hospitalisations et 3 500 décès chaque année au pays.  

« Tout ce qui tousse actuellement au Québec n’est pas coronavirus » et est probablement dû à la grippe, résume Gaston De Sarres, médecin épidémiologiste à l’Institut national de santé publique.  

Pour se prémunir contre le coronavirus, il suffit donc de prendre les mêmes précautions que pour la traditionnelle grippe et pour l’ensemble des maladies respiratoires, conclut-il.  

Le bilan du jour   

Décès en Chine : 2788  

Décès dans le monde : 2858  

Cas confirmés dans le monde : 83 342  

Cas confirmés au Canada : 13  

Source : Johns Hopkins University