/regional/montreal/laurentides

Un drame qui secoue toute la communauté

TVA Nouvelles

L’émotion était encore forte à Lachute, dans les Laurentides, au lendemain de l’annonce de la mort de la jeune Océane Boyer. 

• À lire aussi: «Ça aurait pu être ma fille. Ça aurait pu être moi» - la fille du suspect 

• À lire aussi: «Plus j’apprends les faits, plus les liens se font» - le fils de François Sénécal 

• À lire aussi: François Sénécal accusé de meurtre prémédité 

La journée a notamment été difficile du côté de la polyvalente Lavigne où l’adolescente de 13 ans était scolarisée. 

La commission scolaire a d’ailleurs élaboré une liste de jeunes susceptibles d’avoir côtoyé Océane quotidiennement. 

«Il va y avoir des rencontres individuelles avec les élèves, des rencontres aussi plus collective», a précisé le directeur-adjoint de la commission scolaire de la Rivière-du-Nord, René Brisson. 

Une cellule de crise a aussi été mise en place à la Maison des jeunes de Lachute que la jeune fille et son frère cadet fréquentaient. 

Une intervenant de l’organisme, qui a refusé de commenter le fond de l’affaire, a simplement raconté qu’Océane était une «leader remarquable, dynamique et enjouée». 

L’adolescente était la présidente du conseil d’administration de la Maison des jeunes et rêvait de faire le voyage à New York prévu avec l’organisme. 

La veille du drame un souper pour financer ce séjour avait d’ailleurs eu lieu dans un restaurant de la ville, en présence d’Océane mais aussi de l’homme accusé de son meurtre, François Sénécal. 

Dans une entrevue téléphonique, la mère de la jeune fille a dit à TVA Nouvelles qu’Océane aurait refusé à un moment donné de s’asseoir auprès de l’homme de 51 ans pendant la soirée. 

Les images de caméra de surveillance à l'intérieur du restaurant intéressent maintenant la Sûreté du Québec, selon le propriétaire, qui compte collaborer.