/news/law

Meurtre d'Océane Boyer: droguée avant d’être tuée

Frédérique Giguère - Le Journal de Montréal

Le présumé tueur de la petite Océane, 13 ans, retrouvée morte dans un secteur isolé de Brownsburg-Chatham mercredi, l’aurait forcée à consommer une importante dose de médicaments et d’alcool avant de la battre à mort avec un objet contondant.      

• À lire aussi: François Sénécal accusé de meurtre prémédité  

• À lire aussi: «Était-il tellement paniqué qu’il a cru bon de devoir effacer son geste?» demande un expert  

• À lire aussi: «Plus j’apprends les faits, plus les liens se font» - le fils de François Sénécal  

François Sénécal, un ami de très longue date de la famille, a été accusé de meurtre prémédité, vendredi, au palais de justice de Saint-Jérôme.        

Dans la salle d’audience, une trentaine de proches d’Océane étaient présents. Plusieurs n’ont pu retenir leurs larmes. La tension était palpable.         

Les parents de la victime, Caroline Sarrazin et Francis Boyer, à leur arrivée au palais de justice de Saint-Jérôme, vendredi.

Photo Martin Alarie

Les parents de la victime, Caroline Sarrazin et Francis Boyer, à leur arrivée au palais de justice de Saint-Jérôme, vendredi.

L’homme de 51 ans a gardé la tête basse pendant pratiquement toute la durée de sa comparution. Alors qu’elle lui parlait et qu’il fixait toujours le sol, la juge a même dû intervenir en lui demandant de la regarder.         

Il demeurera détenu en attendant la suite des procédures, et doit revenir en cour le 4 mars.         

Assommer  

Tout indique que Sénécal a apostrophé la jeune Océane mercredi, peu après 8 h, alors qu’elle venait de quitter son domicile pour se rendre à l’école.         

La jeune victime de 13 ans, Océane Boyer.

Photo tirée de Facebook

La jeune victime de 13 ans, Océane Boyer.

Selon nos informations, il l’aurait conduite jusque chez lui, à Brownsburg-Chatham, où il aurait voulu l’assommer avec des médicaments et de l’alcool. 

Peu de temps après, il l’aurait tuée avec un objet contondant, avant d’abandonner son corps meurtri en bordure d’une petite rue isolée, à une vingtaine de kilomètres au nord de chez lui.         

Vers 17 h 30, voyant que leur adolescente ne rentrait pas à la maison après l’école, les parents d’Océane ont signalé sa disparition à la police. Sénécal aurait alors poussé l’odieux jusqu’à proposer son aide aux parents afin de la localiser.         

« Quand je t’ai annoncé ce qu’il avait fait à Océane, tu t’es mis à pleurer [...], tu as même osé me demander de faire des recherches avec toi, à Brownsburg, tu voulais que je la trouve avec toi [...] ou bien tu te serais débarrassé de moi aussi », a publié Caroline Sarrazin, la maman de la petite, sur sa page Facebook, vendredi vers 8 h.         

Suspect dès le début  

Comme bien des membres de l’entourage d’Océane, François Sénécal a été interrogé par les enquêteurs peu après la découverte de son corps.         

Ceux-ci l’ont rapidement placé dans la liste des suspects potentiels, notamment puisqu’il aurait menti sur ses déplacements, ont indiqué des sources.         

Il aurait dit aux policiers qu’il se trouvait à un endroit, alors que ceux-ci avaient géolocalisé son cellulaire et le savaient ailleurs.         

Les enquêteurs ont finalement procédé à son arrestation jeudi, vers 14 h 30, à Montréal.        

Étant ami avec les Boyer depuis plusieurs années, Sénécal avait vu grandir Océane. Des proches nous ont mentionné qu’il la couvrait toujours de cadeaux.         

Toujours avec la fillette  

Le duo faisait aussi des activités ensemble de façon régulière, notamment du magasinage.        

« Si elle voulait quelque chose, elle avait juste à lui demander, et c’était fait, elle l’avait, confie Madeleine Sarrazin, la grande tante d’Océane. J’ai toujours dit que la relation n’était pas saine. Un homme de cet âge-là qui veut toujours être avec une fillette, entre vous et moi, ça sonne des cloches. »        

Elle entretenait beaucoup de méfiance envers Sénécal et en avait même parlé avec les parents d’Océane. Ceux-ci avaient d’ailleurs décidé de s’éloigner un peu de lui dernièrement, selon Mme Sarrazin.         

- Avec la collaboration de Christian Plouffe   

Un message poignant        

La mère d’Océane Boyer a lancé un message au présumé meurtrier de sa fille, tôt vendredi matin, sur Facebook, où elle exprime toute sa détresse et sa frustration à l’égard de celui qu’elle considérait autrefois comme un ami.        

« Pendant 20 ans de ma vie, je t’ai ouvert la porte. Tu étais soi-disant un (ami), si on peut appeler ça un (ami). Tu avais toute notre confiance, mais dans le fond [...] tu nous as enlevé notre petite boule d’énergie. »  

« Tu as abusé d’elle, pis là tu as senti la soupe chaude [...] Tu l’as tuée pour pas qu’elle parle, mais trop tard [...] le monde entier est au courant. »  

« Le plus dur, c’est tes proches ; quand ils vont réaliser vraiment qui tu étais réellement » – Caroline Sarrazin, mère d’Océane Boyer  

*Version corrigée du message Facebook.    

Dans la même catégorie