/news/coronavirus

Voyageurs et douaniers inquiets à l’aéroport Montréal-Trudeau

Martin Jolicoeur - Le Journal de Montréal

Tandis que la peur du coronavirus continue d’affecter l’économie mondiale, voyageurs et douaniers s’inquiètent du peu de sérieux que les autorités semblent accorder à la situation.    

• À lire aussi: Des traces du COVID-19 détectées sur le chien d'une femme malade à Hong Kong  

• À lire aussi: Québec pourrait ouvrir des cliniques de coronavirus  

• À lire aussi: Pire semaine à Wall Street depuis la crise de 2008  

« C’est relaxe. Vraiment trop relaxe », nous a confié Hui à la sortie de l’aéroport Montréal-Trudeau, vendredi, fraîchement débarqué de Chine.     

« Je vous dirais que compte tenu des risques connus, on peut difficilement faire pire. »    

Masque au visage et déterminé à s’imposer volontairement une quarantaine « par précaution élémentaire », ce dernier s’étonnait de la simplicité avec laquelle il venait de passer les douanes canadiennes, après un mois en Chine et une douzaine d’heures de vol.    

Pas d’examen systématique  

Même étonnement de Judith, une Montréalaise d’origine asiatique, à son arrivée de Singapour, « où tout le monde prend votre température », dit-elle.     

« Au restaurant, à l’hôtel, à l’aéroport, c’est partout. Puis on arrive ici, et puis : rien ! »     

Pas d’examen ou de contrôle de fièvre systématique ; pas de masque non plus pour les passagers arrivant de zones pourtant connues comme des foyers du COVID-19.     

L’Agence de santé publique du Canada (ASPC) a plutôt fait le choix d’un système encourageant les passagers à l’autodiagnostic et à la divulgation volontaire de leur état de santé.    

Des douaniers peu rassurés  

« La prise systématique de température n’est pas un moyen efficace de lutter contre (ce) virus », a répondu le Dr Howard Njoo, sous-administrateur en chef de la santé publique à l’ASPC.    

Peu importe la provenance des voyageurs, l’Agence de services frontaliers du Canada (ASFC) ne procède à aucun examen systématique.     

« Si je porte un masque, c’est parce que je m’en suis acheté quelques-uns avant de partir », affirme Omar, de retour du Qatar, où des malades ont contracté le virus.    

Les douaniers ne paraissent guère plus rassurés.     

« Nous faisons évidemment de notre mieux, affirme Jean-Pierre Fortin, président national du Syndicat des douanes et de l’immigration, qui regroupe 11 000 travailleurs. Mais la réalité est qu’on nous demande de jouer un rôle pour lequel nous n’avons pas été formés. »    

« Nous sommes programmés pour détecter des fraudes et les importations illégales de drogues. Personne chez nous ne se prétend expert dans la détection de personne démontrant des symptômes de fièvre. »    

À défaut de mieux, ces derniers n’ont d’autres choix que de se fier à la déclaration volontaire des passagers internationaux à qui l’on demande, par borne électronique, s’ils ont visité la province de Hubei, en Chine.    

L’ASFC nous a refusé l’accès aux « zones sécurisées » qui accueillent les passagers de Montréal-Trudeau, entre leur sortie de l’avion et celle de l’aéroport.    

Jusqu’à nouvel ordre, les voyageurs sont exposés à des panneaux les incitant à avertir les agents des services frontaliers s’ils présentent des symptômes de grippe. Les autres se verraient remettre un feuillet leur conseillant de consulter leur médecin au besoin.    

Encore des centaines de voyageurs arrivent tous les jours de Chine  

Pendant qu’Air Canada maintient la suspension de la majorité de ses liaisons avec la Chine, China Airlines continue de desservir les aéroports canadiens de Montréal et de Vancouver, en toute impunité.    

Ses Boeing 787 de plus de 200 sièges transportent des centaines de passagers par jour entre Beijing, en Chine, et les deux villes canadiennes, profitant ainsi d’un rare vide provoqué par le retrait des vols quotidiens d’Air Canada avec Shanghai et la capitale chinoise.    

Si la fréquence de liaisons entre Beijing et Montréal a été réduite de moitié (de cinq à deux liaisons) au cours des deux dernières semaines, celle reliant la Chine à Vancouver se poursuit sur une base quotidienne, avec sept liaisons par semaine dans chaque direction, en dépit de la propagation de coronavirus.    

Baisse d’intérêt pour la Chine  

Car contrairement à ce que l’on pourrait croire, ce n’est pas pour des raisons de sécurité des passagers qu’Air China a réduit ses liaisons hebdomadaires avec Montréal.     

« C’est bien davantage parce que le nombre de passagers entre les deux villes, même depuis le retrait volontaire d’Air Canada, ne suffit plus pour justifier qu’Air China atterrisse ici cinq fois par semaine », affirme une source de l’industrie, requérant de taire son identité.    

Bien sûr, la liaison Beijing-Montréal trouverait toujours des passagers en nombre suffisant. Mais le nombre de voyageurs de Montréal souhaitant se rendre dans la capitale chinoise aurait diminué drastiquement au cours des dernières semaines. Des sources nous ont rapporté des vols d’Air China en direction de la Chine comptant moins de 100 passagers ces dernières semaines.    

Une liaison par côte  

Air China a également réduit drastiquement ces dernières semaines le nombre de vols à destination et en provenance des États-Unis. L’entreprise, propriété de l’État chinois, ne maintient que deux liaisons principales ; l’une avec la côte ouest (San Francisco/Los Angeles) et l’autre avec la côte est (New York/Washington).  

Dans la même catégorie