/finance/realestate

Investir en Floride : une maison ou un condo ?

TVA Nouvelles

Un pied-à-terre en Floride, y avez-vous déjà pensé ? Si c’est le cas, peut-être vous êtes-vous demandé ce qui serait mieux entre un condo ou une maison.      

Ne manquez pas la couverture spéciale de LCN en direct de la Floride pendant la semaine de relâche.   

• À lire aussi: À la rencontre des Québécois en Floride  

• À lire aussi: Une bonne idée d’acheter un condo en Floride?   

• À lire aussi: S’assurer de voyager l’esprit tranquille  

Selon, Ghislain Larochelle, chroniqueur en immobilier, le choix devrait être très personnel selon votre situation. « Le condo est une bonne option si vous ne voulez pas vous casser la tête. En revanche, la maison offre plus de flexibilité, » explique-t-il. Il ajoute qu’une maison située dans un complexe avec services peut être un bon compromis.      

Les vérifications à faire     

Y a-t-il plus de vérifications à faire avant d’acheter une maison ? À cette question, Ghislain Larochelle répond que c’est souvent l’inverse : il y a plus de choses à vérifier en achetant un condo ; en plus de l’inspection de la partie privative, il faut inspecter les parties communes, vérifier les états financiers de la copropriété ainsi que le fonds de prévoyance, puis prendre connaissance des règlements de la copropriété.      

Gérer l’entretien en votre absence     

Afin de protéger votre condo ou votre maison en cas d’absence prolongée, Ghislain Larochelle suggère d’appliquer les quatre précautions suivantes.     

D’abord, il faut s’assurer que votre système d’air conditionné fonctionne correctement, ce qui permet de réduire l’humidité et l’afflux d’insectes. Selon lui, l’installation de thermostats Wi-Fi est une bonne manière de contrôler la température et l’humidité de votre résidence floridienne depuis le Québec.      

Comme deuxième précaution, il suggère de faire pulvériser des insecticides pendant votre absence, puisque termites et fourmis peuvent endommager votre maison.      

Troisièmement, c’est important de protéger l’intérieur de la propriété. Ghislain Larochelle recommande notamment de vérifier l’étanchéité des portes et fenêtres, puis de fermer l’eau ainsi que les disjoncteurs.      

Comme ultimes précautions, il recommande de ranger tout le mobilier extérieur (qui pourrait se transformer en dangereux projectile en cas d’ouragan), puis de confier l’arrosage des plantes à un voisin ou à une entreprise spécialisée.        

La vie de communauté en condo : avantage ou inconvénient ?     

Selon Ghislain Larochelle, la vie en copropriété présente à la fois des avantages et des inconvénients.      

Au niveau des avantages, il y a une partie de l’entretien et la surveillance qui sont assurés par la copropriété.      

Comme inconvénient, Ghislain Larochelle souligne les règlements non seulement dans les aires communes, mais aussi dans votre propre unité, qui peuvent parfois être contraignants. « Par exemple, dans certains condos, les chiens sont interdits. Ou encore, ce pourrait être interdit de faire de la location à court terme ou même de prêter votre unité à des amis pour plus d’une ou deux semaines, » cite-t-il en exemple.      

Plus facile à revendre qu’au Québec     

Selon notre chroniqueur, le contexte est actuellement favorable pour acheter un condo ou une maison en Floride. Il y a actuellement beaucoup d’acheteurs étrangers et la population de la Floride s’accroit rapidement. (Projection de +1,6 % en 2020)      

Toutefois, cela peut varier d’une année à l’autre, note-t-il. Selon lui, le délai de vente moyen serait un bon indicateur du marché ; plus les maisons se vendent rapidement, meilleur serait le contexte. En règle générale, janvier et février sont les mois où il y a le plus de vente, puisque les acheteurs sont sur place.     

Ghislain Larochelle termine sur ces quelques conseils :      

Pour obtenir un bon prix, il recommande de surveiller les reprises bancaires : « Plusieurs propriétaires s’entendent avec la banque pour vendre moins cher que l’hypothèque, cela peut valoir la peine de regarder. »     

Deuxièmement, si vous souhaitez offrir votre logement en location à court terme, il suggère d’oublier l’option du condo, puisqu’environ 80 % des associations de propriétaire restreignent cette pratique.      

Comme dernier conseil, il mentionne l’importance de ne pas oublier la question du transport. « Les billets d’avion, la location d’une voiture, le taxi : ça peut coûter cher, » conclut-il.       

Le chiffre de la semaine     

23 %     

Pour la période de référence allant de août 2018 à juillet 2019, les acheteurs canadiens représentent 23% des acheteurs étrangers (soit la plus grande proportion).     

  

Ghislain Larochelle présente une chronique immobilière à tous les dimanches matin sur les ondes de LCN.