/news/lcnfloride

Des cours à bois au rêve immobilier en Floride

François Marcil, l’ancien président des centres de rénovation du même nom, vit son rêve immobilier en Floride depuis qu’il a vendu son entreprise à RONA. Rencontré à Ocean Ridge, près de West Palm Beach, on a pu constater que l’homme n’a rien perdu de son côté entrepreneurial.    

Son projet immobilier s’est amorcé il y a quatre ans lorsqu’en compagnie de sa fille et de son gendre, il a entrepris de reprendre et rénover des appartements construits dans un ancien motel pour en faire de luxueux logements au bord de la mer.    

Aujourd’hui, il possède deux propriétés semi-détachées, dont l’une est à vendre à un prix oscillant entre 8 et 10 millions de dollars.    

  

  

«Mais pour des Québécois, on peut toujours s’arranger!», lance François Marcil.    

Le secteur immobilier est d’ailleurs en excellente santé financière sur la côté floridienne. «Depuis trois, quatre ans, c’est incroyable, note M. Marcil. Des terrains sur le bord de la mer, d’ici jusqu’à Miami, oubliez ça, il n’y en a plus.»    

Des observations corroborées par Dany Landry, courtière immobilière en Floride. Pour le comté de Broward uniquement, la courtière indique qu’il s’est vendu, au cours des trois derniers mois, 336 propriétés à des prix entre 1 M$ et 5 M$. Pour les résidences de plus de 5 M$, 21 ventes ont été enregistrées sur le même territoire.    

Or, l’immobilier de luxe a un coût qui dépasse largement la simple hypothèque, prévient Mme Landry. La facture pour les frais d’entretien, les taxes foncières et les assurances peut s’élever jusqu’à 200 000 $ par année. Mais la récompense, c’est une vue imprenable sur la plage et l’océan.  

«Ça prend quelqu’un qui a un portefeuille bien garni pour acheter ça parce que c’est de l’entretien et il y a beaucoup de frais, convient M. Marcil. C’est comme vivre sur un bateau ici.»

Dans la même catégorie