/news/lcnfloride

Encore de bonnes occasions à faire en Floride?

Certains Québécois ont vu leur investissement doubler au cours des dix dernières années après avoir investi dans l’immobilier floridien au tournant de la dernière crise économique. Mais y a-t-il encore des aubaines à faire en 2020? 

La réponse est oui, mais pas dans n’importe quel secteur.

• À lire aussi: Des cours à bois au rêve immobilier en Floride

• À lire aussi: Investir en Floride : une maison ou un condo?

• À lire aussi: Une bonne idée d’acheter un condo en Floride?

Certains quartiers près de West Palm Beach, par exemple, ont déjà connu des explosions de prix fulgurantes. 

«Ce sont des régions où, il y a quelques années, on trouvait des maisons pas très chères, entre 150 000 $ et 200 000 $, et qui maintenant sont autour de 400 000 $ et 500 000 $», explique Sophie Ghedin, courtière immobilière chez Keller Williams en Floride. 

Dans le comté de Broward, le prix médian des propriétés se situe entre 350 000 $ et 370 000 $. Un coût qui peut en effrayer certains, surtout devant la force du dollar américain. 

Pour les aubaines, il faut se tourner vers des quartiers un peu plus éloignés, comme Lakeworth, à 45 minutes de Fort Lauderdale, mentionne la courtière. 

«Vous avez des maisons super mignonnes. Ce ne sont pas des gated communities (un ensemble résidentiel protégé et sécurisé), mais vous êtes près de la ville.» 

«Vous pouvez trouver un condo dans les 80 000 $, enchaîne-t-elle. Il y aura des travaux à faire, mais avec 10 000 $ ou 20 000 $ de travaux, vous pouvez revendre ça à 150 000 $, on le sait.» 

«Silver tsunami» 

L’expression est à la mode. «Silver tsunami» désigne l’arrivée massive de baby-boomers attirés par les nombreux avantages que leur offre la Floride. 

Ce déplacement massif vers la l’État du sud des États-Unis a de quoi rassuré les Québécois qui seraient intéressés à investir dans l’immobilier floridien, mais qui auraient des craintes devant les risques de récession qui pointent à l’horizon. 

«Il y a 300 000 personnes qui déménagent en Floride chaque année. C’est énorme! C’est l’équivalent de la ville d’Orlando», souligne Sophie Ghedin. 

Le marché actuel en est d’ailleurs un de vendeurs puisque, de l’aveu de la courtière, les propriétés disponibles manquent pour le nombre d’acheteurs intéressés à s’installer dans le Sunshine State

Il faut dire qu’avec l’absence d’impôt sur le revenu dans l’État, la température plus que clémente et les longues plages le long de l’océan, les attraits sont nombreux pour les acheteurs potentiels.

Dans la même catégorie