/finance/realestate

Il faut envisager d'interdire Airbnb, juge le FRAPRU

Elsa Iskander | 24 Heures

Des groupes qui représentent des locataires croient qu’il est temps que des actions plus radicales soient prises pour freiner le phénomène Airbnb, alors qu’il manque de logements à Montréal.  

• À lire aussi: Airbnb illégaux: Montréal et Québec se lancent la balle  

• À lire aussi: Airbnb s’étend en dehors du centre-ville de Montréal  

Les règlements adoptés par certains arrondissements sont «un pas dans la bonne direction», mais insuffisants, selon Véronique Laflamme, porte-parole du Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU).  

«Le phénomène Airbnb continue de prendre de l’ampleur et il faut prendre des mesures drastiques pour empêcher que le parc de logements locatifs ne s’effrite davantage», a-t-elle dit. Considérant la pénurie de logements, il faudrait même envisager une interdiction complète, selon Mme Laflamme.  

Le Regroupement des comités logements et associations de locataires du Québec croit également qu’interdire toute location commerciale serait souhaitable.Le Comité logement du Plateau-Mont-Royal propose pour sa part qu’il y ait au moins un moratoire sur les permis émis par les arrondissements.