/news/politics

L'armée devrait aider les policiers advenant une intervention, croit l’APPQ

Maxime Deland | Agence QMI

Le premier ministre Justin Trudeau a rejeté catégoriquement l'idée d'envoyer l'armée démanteler le blocus ferroviaire à Kahnawake, quelques heures après que l’Association des policières et policiers provinciaux du Québec (APPQ) en ait fait la recommandation 

• À lire aussi: Blocus ferroviaire: statu quo à Kahnawake  

• À lire aussi: Bloc ferroviaire de Listuguj: «ça fait vraiment mal à l’économie régionale»  

 «Il n’est pas question, pour moi, d’envoyer l’armée contre des citoyens canadiens. Ce n’est pas quelque chose d’intéressant ou qui pourrait calmer la situation», a soutenu mercredi le premier ministre lors d'un point de presse alors qu'il était de passage à Saint-Jérôme, dans les Laurentides. 

«Il y a des gens qui proposent toujours des solutions simplistes et rapides qui vont nous amener à des endroits bien pires dans quelques mois», a ajouté M. Trudeau. 

Ce dernier réagissait à la publication d'une lettre de l'APPQ adressée au premier ministre du Québec, François Legault, dans laquelle l'organisation recommandait que l'armée soutienne la police en cas d'intervention, après avoir appris que des armes automatiques ont été saisies sur le territoire de Kahnawake en janvier. 

«Nous n’avons aucun doute que les policières et policiers de la Sûreté du Québec, le cas échéant, feront avec prudence et professionnalisme le travail que commanderont éventuellement les circonstances», a écrit le président de l’APPQ, Pierre Veilleux. 

«Toutefois, dans l’éventualité où les renseignements devaient révéler qu’une menace de présence d’armes de type militaire serait encore présente au moment d’une intervention, nous vous recommandons fortement que cette dernière se fasse conjointement avec une équipe spécialisée des Forces armées canadiennes», a-t-il ajouté. 

Du côté de Québec, le gouvernement a «pris acte» de la lettre de l'APPQ. «Nous souhaitons toujours une solution pacifique, mais les barricades doivent être levées», a indiqué un porte-parole de la ministre suppléante à la Sécurité publique, Andrée Laforest. 

Écoutez les commentaires de Félix Séguin à QUB Radio.

D’autre part, M. Veilleux a tenu à féliciter François Legault pour ses propos controversés au sujet de la présence possible d’AK-47 à Kahnawake. 

«En effet, à l’instar de ce que nous avons entendu à la suite de vos propos, nous croyons fermement que même en présence d’une situation délicate, la vérité a toujours sa place. De plus, vos propos illustrent également votre souci pour la sécurité des policières et policiers qui seraient éventuellement appelés à intervenir afin de rétablir l’ordre», a écrit M. Veilleux. 

Le barrage ferroviaire érigé à Kahnawake en solidarité aux chefs héréditaires de la Première Nation Wet’suwet’en, en Colombie-Britannique, perturbent le réseau ferroviaire depuis près d’un mois. 

Mercredi, les barricades étaient toujours en place sur le chemin de fer du Canadien Pacifique, non loin du pont Mercier. 

- Avec Émilie Bergeron et Vincent Larin, Agence QMI

Dans la même catégorie