/regional/montreal/monteregie

Les Mohawks de Kahnawake ont levé leur barricade

Les manifestants mohawks ont levé leur barricade de la voie ferrée du Canadien Pacifique, jeudi, après près de quatre semaines de blocage.

L'annonce a été faite lors d'un point de presse organisé en plein milieu de la route 132, à l'entrée du pont Mercier. La circulation a été bloquée durant une vingtaine de minutes.   

Une quarantaine de protestataires se trouvaient sur cette route avec des drapeaux et des banderoles antipipeline.  

Pour maintenir la pression, les manifestants ont déplacé le feu qui se trouvait près de la voie ferrée à l'entrée du pont Mercier. 

Ils le maintiendront allumé jusqu'à la résolution du conflit afin de poursuivre leur mouvement d’appui aux chefs héréditaires de la nation Wet'suwet'en, en Colombie-Britannique.    

Le Conseil mohawk de Kahnawake a précisé par communiqué que ce brasier sera très visible, mais qu’il ne perturbera pas la circulation.    

«Même en 2020, il semble que cela prend une crise pour que le gouvernement s’engagement véritablement. Nous avons préconisé un dialogue significatif en faveur de la paix et de la sécurité de tous», a dit le grand chef Joseph Tokwiro Norton.    

La voie du Canadien Pacifique est maintenant libre, mais les nouvelles installations des manifestants mohawks sont maintenant à un jet de pierre de l'entrée du pont Mercier.

Mercredi, une dizaine de véhicules du Canadien Pacifique (CP) et trois pelles mécaniques ont donc franchi les barricades, escortées par deux voitures de police, afin de déneiger les voies. Les manifestants présents se sont montrés coopératifs.    

Il s'agissait de la première fois depuis le début du blocus ferroviaire sur le territoire de Kahnawake, il y a plus de trois semaines, que des employés du CP accédaient aux voies ferrées.    

Des militants mohawks de Kahnawake bloquent depuis plus de trois semaines les rails du CP traversant leur territoire, ce qui empêche le passage de trains de marchandises, ainsi que ceux de la ligne de train de banlieue entre Montréal et Candiac.    

Le blocus a été érigé en soutien aux revendications des chefs héréditaires de la nation Wet'suwet'en, en Colombie-Britannique, qui s'opposent au tracé prévu pour le gazoduc Coastal GasLink sur leur territoire.