/news/culture

«La Voix» : les équipes sont complètes

Samuel Pradier | Agence QMI

ART-LA VOIX 8

COURTOISIE OSA IMAGES ET TVA

Candidat de la première saison de «Révolution», Tommy Tremblay a créé la surprise en se présentant, dimanche soir, à la dernière ronde des auditions à l’aveugle de «La Voix», à TVA.

Avec le collectif hip hop Marvl, le danseur s’était rendu jusqu’en quart de finale de «Révolution», en 2018. Mais la musique fait partie de sa vie depuis longtemps. «J’ai sorti un premier album, il y a cinq ans, a expliqué Tommy Tremblay en entrevue. Mais je ne me sentais pas prêt musicalement, j’étais trop gêné de le partager. J’ai toujours gardé la musique comme un projet personnel bien à moi. Cette année, je suis humble face à tout ça, j’ai envie de me dévoiler.»

Avant d’être approché pour participer aux auditions à l’aveugle, il travaillait d’ailleurs sur un EP, dont la sortie a été repoussée en raison de la compétition.

Le chanteur a choisi le pseudo PETiTOM pour véhiculer son double musical. «Mon but est de faire de la musique dans laquelle les gens vont pouvoir ouvrir leur cœur, danser et se perdre dans leurs émotions. PETiTOM est là pour donner du sourire aux gens. Tous mes textes sont en français, car j’ai récemment pris conscience de l’importance de la culture québécoise. Je fais de la musique pour partager des émotions, et ça se partage encore mieux en français.»

Le sens du mouvement

Tommy Tremblay est par contre toujours danseur, que ce soit avec la troupe Marvl ou en solo. «Pour moi, le chant vient avec la danse, et réciproquement. La danse est tellement importante pour moi, je pense que mon chant vient du mouvement corporel. Ma profondeur est dans le corps, et tout reste ancré dans le mouvement.»

Les coachs Cœur de pirate et Pierre Lapointe se sont retournés durant son énergique interprétation de «Call Me in The Afternoon» d’Half Moon Run. «J'ai été pris par mes émotions. Ce que j’ai d’abord aimé de Coeur de pirate, c'est son regard. Elle a des yeux qui s’expriment tellement. Elle n’a pas voulu se vendre pour que j’aille dans son équipe, elle a simplement expliqué ce qu'elle avait compris de moi et ce qu'elle avait ressenti. Je suis tombé sous le charme de ses mots. Elle a une sensibilité très profonde qui va pouvoir se marier avec mon énergie.»

Des attentes précises

Quand on lui demande ce qu’il vient chercher à «La Voix», le jeune Québécois de 25 ans est catégorique: «Je suis là pour gagner. Quand je m’embarque dans un projet, j’y vais une étape à la fois, mais ma vision est claire sur le long terme. Je veux continuer de mélanger la danse et la musique, faire des spectacles et faire bouger les gens.»

Clerel Djamen, 28 ans, Montréal

Seul candidat à avoir fait tourner les quatre chaises durant la dernière soirée dominicale, grâce à sa superbe interprétation de «Let’s Stay Together» d’Al Green, Clerel Djamen a pourtant un parcours assez original. «Je suis originaire du Cameroun et je suis venu au Québec après avoir fait des études en chimie en Ohio, aux États-Unis. J’avais envie de changer d’environnement, d’être dans un milieu plus urbain et de pouvoir parler en français.»

S’il a fait des études en sciences, il chante pourtant depuis qu’il est tout jeune. «J’ai toujours aimé chanter. Mais j’ai appris la guitare plus tard. J’avais un colocataire qui m’a montré quelques accords et j’ai appris le reste tout seul. En arrivant à Montréal, j’ai participé à des soirées ¨open mic¨. Aujourd’hui, la musique est devenue mon métier.»

Le fait que Cœur de pirate ait bloqué Pierre Lapointe ne l’a pas vraiment dérangé. «Je voulais aller avec quelqu’un qui pourrait me donner l’occasion de faire des choses différentes de ce que je fais habituellement, quelque chose que les gens ne s’attendent pas à me voir faire. Je pense que Cœur de pirate peut m’accompagner dans cette direction.»

Elyzabeth Diaga, 50 ans, Montréal

Elyzabeth Diaga n’est pas une nouvelle venue dans le monde de la musique. En 1997, elle a été en nomination pour le Félix de la révélation, à l'ADISQ. «Ça fait 33 ans que je fais ce métier, mais je me suis rendu compte que je suis très peu connue du grand public. J’ai toujours été un peu dans la marge, à cause de mes goûts personnels ou d’un mauvais timing.»

Au cours des dernières années, elle a participé à plusieurs comédies musicales («Dracula: entre l’amour et la mort», «Rock Story», «Shérazade»...) et créé son propre spectacle, «Queens of Rock». «Je suis allée le présenter à Las Vegas en 2017 et 2018. La première fois que j’ai chanté là-bas, c’était comme une audition à l’aveugle. Personne ne me connaissait, mais on a eu une très belle réaction. Ça m’a ouvert les yeux sur des possibilités auxquelles je n’avais jamais pensé.»

Forte d'une vaste expérience, Elyzabeth sait toutefois qu’elle en a encore à apprendre. «¨La Voix¨ est une manière de sortir de sa zone de confort. C’est aussi une belle expérience humaine. Il y a beaucoup de jeunes qui ont des étoiles plein les yeux, et je m’aperçois que j’ai, moi aussi, encore et toujours ces étoiles qui brillent dans mes yeux.»

Gabriel Forest, 22 ans. Blainville

Hyper créatif dans plusieurs domaines, Gabriel Forest était fébrile en arrivant aux studios de «La Voix». «J’avais essayé les auditions à l’aveugle à l’âge de 16 ans, mais aucune chaise ne s’était tournée. Cette année, je n’avais rien à perdre, et j’avais le goût de retenter l’expérience. Mais ce n’est jamais facile, je dirais même que c’est plus dur. C’était vraiment gros, très stressant. C’est un des moments les plus fous de ma vie.»

Il a toutefois eu raison d’insister puisque trois coachs ont eu envie de le découvrir davantage. «Je suis un gars d’instinct. La façon dont Garou me parlait, en disant qu’il allait pouvoir m’aider, m’a fait pencher vers lui.»

Gabriel a étrangement choisi de conserver son vrai nom, plutôt que son pseudo d’artiste, pour cette expérience. «J’ai un projet sous le nom de Clyde Forest. J’ai déjà sorti quatre chansons accompagnées de vidéos. Depuis un an, je suis pas mal en production pour un premier EP, et je me concentre sur la création. Je fais beaucoup de choses artistiques, je peins, je fais des vestes ¨customs¨, je mène plusieurs projets. Je veux partager tout ça avec les gens, mais ce qui me manque actuellement, c’est la visibilité. J’espère que ¨La Voix¨ va m’aider dans ce sens-là.»

Ils ont été repêchés cette semaine:

Équipe Garou

- Gabriel Forest, 22 ans. Blainville

- Marc Devigne, 35 ans, Toronto

Équipe Cœur de pirate

- Clerel Djamen, 28 ans, Montréal

- PETiTOM (Tommy Tremblay), 25 ans, Québec

- Janicka Alie-Thivierge, 18 ans, Saint-Jérôme

Équipe Marc Dupré

- Clara Tetu, 21 ans, Québec

- Elyzabeth Diaga, 50 ans, Montréal

- Steeve Gagnon, 43 ans, L’Épiphanie

Équipe Pierre Lapointe

- Marie-Soleil Bélanger, 21 ans, Mont-Joli

- Flora Stein, 24 ans, Gatineau

Dans la même catégorie