/finance/homepage

Le pétrole chute de plus de 2% après les annonces de Trump

Agence France-Presse

Les prix du pétrole chutaient de plus de 6%, jeudi matin en Asie, après l'annonce par le président américain Donald Trump d'une suspension pour 30 jours de tous les voyages entre l'Europe et les États-Unis.

• À lire aussi: Trump suspend tous les voyages depuis l'Europe pour 30 jours

• À lire aussi: COVID-19: les dernières nouvelles dans le monde

Vers 2h00 GMT, le baril de «light sweet crude» (WTI), référence américaine du brut, pour livraison en avril, cédait 2,07 dollars, soit 6,28% à 30,91 dollars, dans les échanges électroniques.

Le baril de Brent, référence européenne, pour mai, abandonnait de son côté 2,16 dollars, soit 6,04% à 33,63 dollars.

Les cours sont particulièrement malmenés depuis quelques jours sous l'effet de la crise sanitaire mondiale du coronavirus, et de l'incapacité des producteurs à s'entendre pour diminuer l'offre.

Ils avaient encaissé lundi leur pire chute en près de 30 ans, en plongeant d'environ 25% après l'échec de discussions entre les producteurs du Golfe, au premier rang desquels l'Arabie Saoudite, et la Russie pour réduire la production, ce qui a conduit Ryad à déclencher une guerre des prix.

Les prix avaient franchement rebondi mardi, Moscou ayant esquissé un petit geste d'ouverture envers les Saoudiens, pouvant ouvrir la voie à un accord mondial sur la production.

Mais les cours sont repartis à la baisse mercredi après que le géant saoudien Aramco eut indiqué qu'il envisageait d'inonder les marchés mondiaux d'or noir.

Jeudi, ce sont les annonces de la Maison-Blanche qui ont envoyé les cours dans le rouge. Le président américain a notamment annoncé la suspension pour 30 jours à partir de vendredi de tous les voyages depuis l'Europe, exception faite du Royaume-Uni.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a finalement qualifié mercredi l'épidémie du Covid-19, qui a contaminé plus de 110.000 personnes dans le monde depuis fin décembre, de «pandémie».

«Si cela ne convainc pas l'Arabie et la Russie de revenir à la table des négociations, je ne vois pas ce qui pourra y arriver», a déclaré Stephen Innes, analyste chez AxiCorp, après les annonces de M. Trump.