/sports

Il se moque du coronavirus avant d’être testé positif

Roby St-Gelais | Agence QMI

Les experts de la santé publique recommandent à la population de limiter les contacts physiques pour freiner la pandémie de la COVID-19. Deux jours après s’être moqué de la maladie devant les membres des médias en touchant les micros de ceux-ci, le basketteur Rudy Gobert, du Jazz de l’Utah, a été testé positif. 

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus  

• À lire aussi: Le coronavirus continue de faire mal au sport  

• À lire aussi: La NBA suspend sa saison  

Ce qui n’était au départ qu’une simple blague lundi matin a pris des tournures dramatiques mercredi soir quand la NBA a annoncé qu’elle suspendait ses activités après l’annonce du Jazz que l’un de ses joueurs avait contracté le virus. Le match du Jazz contre Oklahoma City avait d’ailleurs été reporté.

Or, ce même Gobert avait tourné la situation de crise au ridicule, 48 heures plus tôt. Il avait pris soin de toucher tous les micros des journalistes sur la table devant lui avant de quitter la pièce dans laquelle il venait de répondre aux questions. Il avait aussi été négligent dans le vestiaire du Jazz en touchant ses coéquipiers et leurs effets personnels sans gêne, selon diverses sources rapportées par ESPN.

Et voilà que jeudi, l’un des coéquipiers du Français avec le Jazz, Donovan Mitchell, a également été testé positif au coronavirus. Les deux joueurs ainsi que le reste de l’équipe ont été placés en quarantaine. Gobert s’est excusé pour son comportement, jeudi.

«Je voudrais m'excuser publiquement auprès des gens que j'ai peut-être mis en danger. À l'époque, je n'avais aucune idée que j'étais infecté. J'étais négligent et je n'ai pas fait d'excuse. J'espère que mon histoire sert d'avertissement et que tout le monde prend ça au sérieux. Je ferai tout ce que je peux en soutien en utilisant mon expérience comme moyen d'éduquer les autres et prévenir la propagation de ce virus», a-t-il partagé sur Facebook.

Reporters inquiets

Ce premier cas de coronavirus a soulevé des inquiétudes chez les journalistes affectés à la couverture de la formation basée à Salt Lake City. Sarah Todd, du «Deseret News», a vécu des heures d’angoisse avant d’être prise en charge par la NBA et par le département de la santé publique d’Oklahoma City.

Son premier test de dépistage s’est avéré négatif, mais elle a été placée en quarantaine pour une période de 14 jours et devra demeurer à une distance de 6 pieds de toute personne pour prévenir des risques potentiels de propagation. Ses collègues ont aussi dû être examinés.

«J'avais été en contact direct avec Gobert [...] J'étais à proximité pendant qu'il parlait. J'étais avec lui pendant qu'il transpirait. J'étais en danger. J'étais terrifiée. Ces heures à nager dans l’inconnu ont été troublantes», a-t-elle avoué dans un article.

Même si Gobert a joué les clowns, elle n’a pas voulu lui lancer la pierre. «Je ne blâme pas Rudy [...] Mais l’homme a respiré sur notre équipement pendant des jours. Or, le fait de toucher quelques micros un jour où il avait reçu des instructions d’hygiène et où il s’était probablement lavé les mains, avant et après, n’est pas le problème», a-t-elle ajouté en précisant que les risques de propagation étaient plus élevés par une simple poignée de main.

Mesures chez les Raptors

Les Raptors se sont aussi mis en isolement préventif puisqu’ils ont affronté le Jazz, lundi soir, dans un match où Gobert et OG Anunoby ont eu un accrochage en fin de match, ce qui leur avait valu une expulsion.

Depuis leur retour d’Utah, les Raptors ont tenu deux rassemblements publics avec leurs partisans. L’organisation recommande d’ailleurs à ceux et celles ayant pris part à ces événements de surveiller leur état de santé régulièrement et d’appliquer les mesures d’hygiène nécessaires, comme celle de se laver les mains et d’éviter les contacts directs.