/news/coronavirus

Les avions d’Air China continuent de se poser à Montréal-Trudeau

Francis Halin | Journal de Montréal

Le vol CA879 d’Air China en provenance de Pékin a atterri, mercredi, à l’aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau de Montréal.

Photo Martin Chevalier

Le vol CA879 d’Air China en provenance de Pékin a atterri, mercredi, à l’aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau de Montréal.

Tandis que les États-Unis viennent d’interdire les vols en provenance de l’Europe, des avions d’Air China continuent d’atterrir à l’aéroport Montréal-Trudeau, même s’ils proviennent du pays qui a abrité le foyer initial de l’éclosion du coronavirus.     

« Avant, on avait environ six vols par semaine Pékin-Montréal, mais maintenant, on n’en a que deux », a précisé mercredi au Journal un employé du bureau de Montréal d’Air China, qui préférait ne pas être identifié.    

• À lire aussi: Rome fermera un de ses aéroports vendredi et réduira l'activité du deuxième mardi  

• À lire aussi: La fin de 11 années de croissance  

• À lire aussi: Les États-Unis demandent à leurs citoyens d’éviter tout voyage à l'étranger  

« Peu de risques »  

Air China a annulé de nombreux vols en provenance de Pékin vers les États-Unis, notamment vers New York, Los Angeles, Washington, et ce, jusqu’au 28 mars. Certains vols sont toutefois toujours disponibles, selon son site web.   

Le transporteur chinois maintient encore sa liaison avec Montréal.    

« Je crois qu’il y a très peu de risques que l’on annule tout, mais on attend la réponse du siège social », a avancé un employé.     

« À notre connaissance, Air China prend des mesures de réajustements selon l’évolution de la situation, tout en respectant les recommandations de l’Organisation mondiale de la Santé et de l’Organisation de l’aviation civile internationale », a indiqué au Journal le Consulat général de la République populaire de Chine à Montréal.    

D’après lui, Air China a réduit ses vols pour répondre au besoin du marché et a pris des mesures pour assurer la sécurité et la santé des passagers.    

« Sous les efforts du gouvernement et du peuple chinois, la situation de l’épidémie en Chine tend à s’améliorer », a soutenu le consulat, qui se dit même prêt à aider d’autres pays affectés.   

L’Europe touchée  

Quelques heures avant que le président américain, Donald Trump, ne suspende tous les voyages de l’Europe vers les États-Unis pour 30 jours (voir autre texte en page 25), l’Italie a fermé mercredi presque tous les commerces pour freiner la pandémie, qui a déjà fait plus de 800 morts là-bas.    

Malgré cela, mercredi, à l’aéroport Montréal-Trudeau, des passagers de vols provenant de Rome ont été surpris de voir que les autorités leur posaient peu de questions à leur arrivée. « Je pense qu’à Rome, ils nous vérifiaient avec des caméras infrarouges. Ici, non. Ils nous ont remis un papier », a raconté une voyageuse à TVA Nouvelles.    

« Il n’y a eu aucune question, pas de prise de température. Ça n’a été que du Purell », a renchéri Stéphanie Gascon, de retour de la capitale italienne.   

Air Canada  

Mardi, Air Canada a annulé ses vols de l’Italie ou vers l’Italie jusqu’au 1er mai.   

Jointe par Le Journal, Aéroports de Montréal (ADM) a dit travailler avec l’Agence de santé publique du Canada et a précisé que les restrictions des vols sont prises par Ottawa.   

« ADM a déployé des mesures additionnelles, dont le déploiement d’une campagne d’affichage dans l’aérogare, l’augmentation de la fréquence de l’entretien ménager dans les secteurs utilisés par les passagers, incluant les bornes d’inspection primaire et l’installation de distributeurs de gel désinfectant supplémentaires », a conclu sa porte-parole Frédérique Laquerre.