/news/coronavirus

La STM interdit à ses employés de voyager à l’extérieur du Québec

La Société de transport de Montréal (STM) interdit à tous ses employés de voyager à l’extérieur du Québec, que ce soit à titre personnel ou pour le travail, à défaut de quoi ils devront se mettre en isolement.  

Cette mesure confirmée vendredi après-midi en conférence de presse fait partie des consignes de la STM à ses employés visant à contrer la propagation du coronavirus. L’entreprise leur demande notamment d’éviter le plus possible les rencontres en grands groupes et a annulé, jusqu’à nouvel ordre, les grands événements corporatifs internes.  

«On n’a pas un chiffre exact encore, ça évolue», a indiqué le directeur général de la STM, Luc Tremblay, lorsque questionné à savoir combien d’employés de l’entreprise sont en isolement actuellement.  

«On n’en a pas encore beaucoup, a-t-il poursuivi. C’est très, très rassurant. On a été capables ce matin [vendredi] de livrer le service. Aucune coupure de service. [...] Alors, vous comprendrez que si on avait beaucoup de monde en isolement, on ne serait pas capables de le faire. On a quelques personnes, mais c’est loin d’être alarmant. On est en contrôle de ce côté-là.»  

La STM a aussi voulu se faire rassurante concernant les mesures qu’elle prend pour freiner la propagation de la COVID-19, notamment le nettoyage quotidien des surfaces et équipements les plus touchés dans les bus, minibus, voitures de métro et stations. Les poteaux, sangles et poignées dans les bus sont notamment nettoyés au cours de tous les quarts de travail (jour, soir et nuit).  

La STM a par ailleurs indiqué qu’«il est important que toute personne ressentant des symptômes contacte le 811 et évite de se déplacer en transport collectif».  

«Le lavage fréquent des mains et le respect de l’étiquette respiratoire constituent la meilleure protection individuelle», a indiqué la STM, par communiqué.  

«Les employés sont invités à suivre les mêmes consignes de protection que les clients», a ajouté la société de transport.  

La STM demande aussi à ses usagers, dans la mesure du possible, de solliciter de la flexibilité de la part de leur employeur au chapitre des horaires de travail, afin «d’étaler les déplacements en dehors des heures de pointe».