/news/coronavirus

Une ruée vers le papier de toilette, mais pourquoi ?

Nicolas Saillant | Le Journal de Québec

La course folle, mais difficilement explicable des gens pour se procurer du papier de toilette a atteint la région de Québec, spécialement dans les Costco, où il y a rupture de stock.    

• À lire aussi: Metro et Super C limitent les quantités de produits achetés 

• À lire aussi: Situation chaotique au Costco de Laval 

Non seulement les places de stationnement étaient-elles difficiles à trouver au Costco de Lebourgneuf jeudi après-midi, mais les allées étaient difficilement praticables tellement il y avait de voitures.     

Les étagères de papier de toilette au IGA de Lebourgneuf étaient complètement vide jeudi.

Photo Jean-François Racine

Les étagères de papier de toilette au IGA de Lebourgneuf étaient complètement vide jeudi.

  

À l’intérieur, les paniers se suivaient à la queue jusqu’à la section du papier hygiénique.     

Or, une fois arrivés au fond du magasin, plusieurs clients étaient incrédules, voire paralysés pendant quelques secondes devant l’étagère complètement vide.     

« Y a plus de papier de toilette, je capote. C’est ben con, pourquoi ? » a réagi Johanne, qui n’en avait pourtant pas besoin.      

« Je suis incrédule parce que j’ai vu des gens sortir et ils en avaient », a dit Lorette, qui s’était arrêtée devant l’étalage vide.     

Pas « paniqueux », mais...  

Un peu plus loin, Le Journal entend un homme argumenter avec sa femme. « On en a encore à la maison ! » Parce que devant l’absence de papier de toilette, la grande majorité des clients se rabattaient sur les paquets de 12 boîtes de papiers mouchoirs.     

« On n’est pas des “paniqueux”, mais je lui ai dit : “Regarde, on va aller s’acheter du papier de toilette” », disait André Gignac.     

Juste chez Costco ?   

Il semble que cette frénésie du papier de toilette soit particulièrement forte chez les membres Costco puisque les grandes surfaces aux alentours avaient amplement de quoi suffire à la demande. Au Walmart, les allées étaient pleines.    

« Habituellement, on va chez Costco, mais ils n’ont plus de papier. J’ai dit : “On prendra pas de chances” », expliquait Daniel Leblond en prenant deux paquets de 80 rouleaux.     

Un client du Costco de Saint-Jérôme n’a pas hésité à s’en faire une réserve.

Photo tirée de Facebook

Un client du Costco de Saint-Jérôme n’a pas hésité à s’en faire une réserve.

Malgré cette ruée, les gens questionnés ne cherchaient pas encore à faire de provisions de nourriture.      

Pour une raison encore plus inexplicable, plusieurs personnes ont aussi commencé à se faire des réserves de bouteilles d’eau, même si un manque d’eau potable n’est pas du tout envisagé par les autorités.     

Pris d’assaut, les détaillants appellent les citoyens à ne pas faire de provisions pour plus de deux semaines. « La période de quarantaine maximale pour les individus serait de 14 jours, il est inutile de faire des provisions pour au-delà de cette période », a fait valoir Jean-François Belleau, du Conseil canadien du commerce de détail.    

L’hystérie a quand même grimpé d’un cran en soirée. Des épiceries de Québec ont reçu un nombre record de clients, si bien que l’une d’elle a même fermé temporairement ses portes en raison de la folie à l’intérieur.     

Portes closes  

Les étagères de papier de toilette au Maxi de Lebourgneuf étaient complètement vide jeudi.

Photo Jean-François Racine

Les étagères de papier de toilette au Maxi de Lebourgneuf étaient complètement vide jeudi.

Au Maxi Lebourgneuf, les portes étaient closes un peu avant 20 h en raison de la longue attente. Un employé qui avertissait les clients parlait d’une attente d’une heure à l’intérieur.     

La situation semblait identique au Maxi de Beauport où un nombre anormalement élevé de clients se sont rués sur place en soirée. Au IGA Extra Lebourgneuf et au Super C Henri-Bourassa, la file d’attente était aussi très longue. Partout, les tablettes de papier de toilette et de mouchoirs étaient vides.     

L’eau embouteillée était également très populaire dans les paniers.    

- Avec la collaboration de Jean-François Racine et Geneviève Lajoie