/news/coronavirus

«La Régie est irresponsable», dénonce la RCLALQ

Agence QMI

Avis d'expulsion

Photo Adobe Stock

Le Regroupement des comités logement et associations de locataires du Québec (RCLALQ) réclame un moratoire sur les expulsions de locataires comme mesure de protection face à la pandémie de la COVID-19.  

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus 

• À lire aussi: COVID-19 | Trudeau promet de l’aide financière pour les familles  

• À lire aussi: Vous nous avez posé des questions, nos experts vous répondent 

«Un moratoire sur l'émission de jugements menant à l'éviction des locataires doit immédiatement être mis en place et ceux ayant été récemment émis ne doivent pas être exécutés tant et aussi longtemps que la crise de la COVID-19 ne s'est pas résorbée», a indiqué dimanche le RCLALQ par communiqué.  

Le RCLALQ demande une suspension temporaire de toutes audiences à la Régie du logement pouvant mener à l'expulsion des locataires.  

Le Regroupement sollicite l'intervention «immédiate» de la ministre des Affaires municipales et de l'Habitation, Andrée Laforest, pour pousser la Régie à surseoir à sa décision.  

«La ministre Laforest doit prendre ses responsabilités et s'assurer qu'aucun locataire ne soit jeté à la rue en ce moment», a déclaré Marjolaine Deneault, porte-parole du RCLALQ, évoquant une «question de sécurité publique».  

Le RCLALQ a déploré le «parti-pris flagrant envers les propriétaires» de la Régie du logement, qualifiant son attitude d’«inacceptable».  

La crise du logement persiste  

Pour l'organisme, la pénurie de logements au Québec n’est pas une vue de l’esprit. Conséquence: l’augmentation des prix des loyers, la discrimination lors de la recherche de logement et les évictions illégales rythment le quotidien des locataires.  

«La crise de la COVID-19 ne risque que d'envenimer encore plus la situation», a averti l’organisme communautaire.

Dans la même catégorie