/news/coronavirus

L’Assemblée nationale suspendra ses travaux

DIDIER DEBUSSCHERE/JOURNAL DE QUEBEC

À l’instar du Parlement à Ottawa la semaine dernière, l’Assemblée nationale ajournera ses travaux jusqu’au 21 avril en raison de la pandémie de coronavirus, ont confirmé plusieurs sources à notre Bureau parlementaire.

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus  

• À lire aussi: Une équipe spéciale déployée à l’aéroport de Montréal  

Les leaders parlementaires du gouvernement et des partis d’opposition ont intensifié leurs échanges à ce sujet, lundi, lors d’une série de conférences téléphoniques.

«On est en discussion avec les trois partis de l'opposition. Je veux les remercier pour leur collaboration», a confirmé le premier ministre François Legault, lors de son point de presse quotidien sur la COVID-19.

Une heure plus tôt

Selon ce qu’il a été possible d’apprendre, les élus siégeront une heure plus tôt, mardi, à 9h.

Question de donner l’exemple, alors que tous sont invités à éviter les rassemblements, seul le nombre minimal de députés requis pour avoir quorum seront présents.

Il n'y aura donc ni caucus préparatoire, ni période des questions au Salon bleu.

Comme ce fut le cas à la Chambre des communes, vendredi dernier, dès l’ouverture de la séance, une motion d’ajournement des travaux sera déposée.

Avec le dépôt du budget provincial 2020-2021, les élus à l’Assemblée nationale font toutefois face à un enjeu d’importance : celui des crédits provisoires. Ces derniers permettent d’assurer le fonctionnement du gouvernement jusqu’à l’adoption finale de l’ensemble des dépenses annuelles prévues dans le budget.

Un blitz avant l’ajournement

Selon nos informations, exceptionnellement, les éléments les plus essentiels des crédits provisoires seront adoptés avant la fin de l’avant-midi, après quoi les travaux seront officiellement ajournés.

«Ce qu'on souhaite, c'est adopter les crédits budgétaires nécessaires [...] et ensuite, fermer l'Assemblée nationale», a résumé le premier ministre.

La semaine dernière, les portes du Parlement québécois ont été fermées aux visiteurs. Les travaux parlementaires avaient toutefois été maintenus.

Vendredi, le gouvernement Legault a annoncé la fermeture des écoles, cégeps, universités et services de garde pour ralentir la progression de la pandémie.

À cette liste se sont ajoutés, samedi, les bars, les gyms et d’autres lieux de rassemblement.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.