/news/politics

Horacio Arruda, le héros des Québécois

Annabelle Blais | Journal de Montréal

Photo Stevens Leblanc

Samedi dernier, l’ancienne ministre Lucie Charlebois était sur un terrain de golf en Floride. À travers le bruit ambiant sur le coronavirus, la snowbird se demandait si elle devait devancer son retour au pays. Elle a alors passé un coup de fil pour avoir l’heure juste. Elle savait qui appeler: Horacio Arruda.   

• À lire aussi: Québec demande aux jeunes d'écouter les consignes de santé 

• À lire aussi: Horacio Arruda conseille aux ados d'éviter les «échanges de produits biologiques» 

«Madame, revenez-vous-en, ça presse», lui a dit le directeur de la Santé publique. L’ex-ministre n’a pas fait ni une ni deux, elle a aussitôt pris la route avec son conjoint Luc.     

«Quand c’est Horacio Arruda qui te le dit, tu écoutes», dit l’ex-ministre jointe au téléphone alors qu’elle passait tout juste la douane en voiture pour rentrer au pays.     

Inconnu du grand public il y a encore quelques jours, Horacio Arruda est devenu en une semaine l’idole des Québécois. Consécration des temps modernes, les memes de lui où il personnifie un héros se multiplient sur les réseaux sociaux et une page Facebook «Horacio, notre héros» lui rend hommage.     

Présent lors de tous les points de presse gouvernementaux, il est devenu la voix de la raison, le visage rassurant, le co-capitaine du navire avec François Legault.      

Horacio Arruda qui souhaitait faire carrière en théâtre joue aujourd’hui, à 59 ans, le plus grand rôle de sa vie.      

Les Québécois découvrent un homme authentique qui échappe parfois un sacre comme en janvier lorsqu’il a balancé en conférence de presse : « La peur fait faire des affaires qui n’ont pas de crisse de bon sens ».     

C’est aussi une personne avec un bon sens de l’humour qui a fait sourire tout le monde en conseillant aux ados de reporter «les échanges de produits biologiques».     

«On a beaucoup ri ensemble», se souvient Mme Charlebois, ex-ministre déléguée à la santé publique qui a notamment travaillé sur des enjeux importants sur la légalisation du cannabis.     

«C’est quelqu’un d’éminemment sympathique qui est un très bon communicateur, souligne Réjean Hébert, ministre de la Santé de 2012 à 2014. Il est naturel et dit ce qu’il pense.»      

Fils d’immigrant  

Ce fils unique d’immigrants portugais est depuis 20 ans le bras droit du gouvernement en matière de santé publique.       

Mais yeux d’Horacio Arruda, les défis auxquels il fait face dans son travail ne sont en rien comparables aux difficultés que ses parents ont dû relever en quittant le Portugal pour s’établir au Québec, selon ce qu’il a déclaré dans un article d’un site internet des Açores, un archipel portugais.     

«Il a fallu un grand sens des responsabilités et beaucoup de courage de la part de mes parents lorsqu’ils ont décidé d’émigrer», peut-on lire.     

Son père, Bento Arruda, qui était un travailleur rural et sa mère Maria José Botelho, une domestique, sont arrivés au Québec en 1960. «À l’époque, il n’existait aucun programme de soutien aux immigrants, ma mère se faisait comprendre en faisant des signes», explique-t-il au média des Açores.     

C’est aussi parce qu’il était conscient du sacrifice de ses parents, aujourd’hui décédés, et pour leur éviter du stress qu’il dit, toujours dans cet article portugais, avoir mis son rêve de devenir comédien de côté pour se consacrer à la médecine.      

Spécialistes des épidémies  

La santé publique est devenue la passion du Dr Arruda et plus spécifiquement les épidémies et les mesures d’urgence. Diplômé en médecine de l’Université de Sherbrooke, en 1983, il a ensuite fait un certificat en santé communautaire et médecine préventive. Il a aussi été tuteur au Centre d'épidémiologie d'intervention du Québec.     

«Pendant de nombreuses années, il s'est penché sur les domaines de l'épidémiologie interventionnelle ainsi que de la prévention et du contrôle des maladies infectieuses», peut-on lire dans sa biographie des membres du conseil du Réseau pancanadien de santé publique.     

En 2000, il a été nommé directeur de la protection à la direction générale de santé publique de puis directeur national de la Santé publique et sous-ministre adjoint en 2012.     

«Il avait les compétences, il avait un bon jugement, il était capable de garder son sang-froid et d’expliquer clairement des enjeux de santé publique», se rappelle l’ex-ministre Yves Bolduc qui l’a nommé à la tête de la Direction de la santé publique, en mai 2012.     

Depuis 20 ans, le Dr Arruda a piloté des dossiers majeurs: la prévention du virus du Nil (2001), la campagne de vaccination massive contre la méningite (2001-2002), le SRAS en 2003-2004, la grippe aviaire (2004-2005), le C-Difficile (2007), les éclosions de salmonellose et listériose de 2008, le H1N1 en 2009, l'Ebola en 2014, le Zika en 2016.     

«Il comprend rapidement les enjeux et il était capable faire passer les messages», se souvient le Dr Bolduc qui a géré l’épidémie de H1N1 avec lui. Il projetait une grande crédibilité.»     

Le Dr Hébert a aussi pu compter sur lui lors de la catastrophe de Lac-Mégantic en 2013. «Il est arrivé dans les heures qui ont suivi et il resté pendant quelques jours et c’est avec lui qu’on a décidé d’évacuer la population qui était sous le nuage de fumée», explique-t-il.      

«Il est très efficace en situation de crise», affirme l’ex-ministre.      

À l’été 2014, il a d’ailleurs dû gérer une crise, interne cette fois, lors de la démission en bloc de six directeurs régionaux de santé publique dans une partie bras de fer avec le gouvernement Couillard et le ministre Barrette au sujet de leur condition salariale.     

Le docteur Arruda avait alors assuré l'intérim dans quatre régions, pendant parfois quelques années.     

«Il ne fait pas de politique, insiste Mme Charlebois. Il a connu les libéraux, le pq et maintenant avec la caq et il fait sa job et il s’appuie toujours sur la science.»     

«C’est quelqu’un qui est très transparent, il donne l’heure juste», ajoute le Dr Hébert.     

Homme de famille  

Parallèlement à sa carrière, il a épousé Nicole Mercier, une médecin de famille, en 1986. Ensemble, ils ont eu trois enfants : Genevieve, Gabriel et Guillaume. Le couple habite Sainte-Thérèse dans la couronne nord de Montréal.       

«Il a toujours été présent pour sa famille, prêt à faire des allers-retours de Québec pour ne pas manquer un rassemblement familiale», souligne son cousin par alliance Tomy Botelho.     

«Il est très généreux, c’est lui qui m’a appris à conduire », poursuit-il. Ce dernier le décrit comme un bon vivant, un globe-trotter et un amoureux des arts.     

Des travailleurs du réseau de la santé qui l’ont côtoyé ces dernières années parlent d’un homme passionné et rigoureux qui n’a pas la langue de bois.     

«C’est un excellent vulgarisateur», ajoute Mme Charlebois.     

«Il est capable de bien conjuguer l’expertise scientifique avec l’aspect pratique, poursuit le Dr Hébert. Il est capable d’aller chercher les compétences des gens avec qui il travaille et de vulgariser la science pour que les ministres puissent prendre des décisions basées sur des données scientifiques.       

«Il est prêt à affronter le coronavirus, de dire Mme Charlebois. Avec lui, on est en business.»