/news/coronavirus

La frontière canado-américaine fermée jusqu'à nouvel ordre

Émilie Bergeron | Agence QMI

Pour la deuxième fois seulement de l’histoire moderne du Canada, l’accès à la frontière canado-américaine sera bloqué pour tout voyage non essentiel afin de tenter de freiner la propagation de la COVID-19.

• À lire aussi: Un premier décès au Québec

«Les voyageurs ne pourront plus traverser la frontière pour des fins récréatives ou touristiques», a annoncé mercredi le premier ministre Trudeau depuis sa résidence de Rideau Cottage, à Ottawa, où il poursuit son isolement puisque sa femme a contracté le coronavirus.

Le moment de l’entrée en vigueur de la mesure n’avait pas été confirmé, en fin de journée, mais on indiquait en coulisse que l’interdiction pourrait s’appliquer aussi tôt que vendredi.

La restriction à la frontière, convenue avec l’administration Trump, est prévue pour 30 jours. Ottawa et Washington pourraient toutefois décider de la prolonger si nécessaire.

Notons que la seule autre fois dans l’histoire récente où la frontière canado-américaine a été partiellement fermée remonte au 11 septembre 2001, selon une recherche menée par la Bibliothèque du Parlement. Dans les heures qui ont suivi les attentats du World Trade Center et du Pentagone, les espaces aériens canadiens avaient été fermés.

Malgré la fermeture de la frontière qui devrait s'appliquer dès vendredi, le transport de marchandises essentielles et le commerce entre les deux pays se poursuivront. «Il est impératif de maintenir les chaînes d'approvisionnement entre nos pays, a dit M. Trudeau. Celles-ci permettent d’assurer les besoins en nourriture, en carburant et en médicaments vitaux.»

Des échanges commerciaux d’une valeur de 2,7 milliards $ transitent par la frontière canado-américaine chaque jour.

Le ministre de la Sécurité publique, Bill Blair, a de son côté précisé que les travailleurs détenant un visa, les étudiants étrangers et les travailleurs étrangers temporaires seront exemptés. Ces derniers pourront entrer au Canada à condition qu’ils acceptent de se placer en isolement pour 14 jours.

De l’avis du directeur du Wilson Center's Canada Institute, Christopher Sands, ces exemptions permettront d’atténuer l’effet négatif qu’aura sur l’économie la fermeture de la frontière. Or, si l’interdiction devait durer plusieurs mois, il craint que le scénario d’une récession se matérialise.

«Les besoins de l’économie et ceux de la santé publique ne s’alignent pas. [...] Le problème est que le gouvernement doit équilibrer les deux», a-t-il commenté.

Le premier ministre du Québec, François Legault, a salué la décision d'Ottawa et de Washington, mercredi. Rappelons que le Canada a déjà fermé ses frontières aux voyageurs de tous les autres pays.

Quant au chemin Roxham par lequel des migrants irréguliers entrent au pays, Ottawa a indiqué qu’il ne sera pas fermé, mais que tous devront être placés en quarantaine.

Dans la même catégorie