/news/coronavirus

Les familles d’accueil oubliées?

Charel Traversy | TVA Nouvelles

Les familles d'accueil de la DPJ demandent des consignes claires au cœur de la crise de la COVID-19. 

• À lire aussi: L’importance d’une routine stable avec les enfants en temps de quarantaine

• À lire aussi: Toutes vos questions sur le coronavirus répondues par nos experts

Ces familles se sentent coincées entre protéger les enfants de la propagation de virus ou se plier aux exigences du tribunal. 

«J’ai un jeune qui est asthmatique à la maison. Il prend des pompes tous les jours. On m'engage pour le protéger», s’exclame Sylvain Cadoret, famille d’accueil depuis huit ans.

Le gouvernement proscrit les visites pour les proches des familles d'accueil, mais on mentionne également que les sorties et les visites essentielles à l'intervention sont autorisées; un non-sens pour la présidente de la Fédération des familles d'accueil et ressources intermédiaires.

«C'est très flou et ça nous met en danger. Ça met mes ressources en danger, les enfants que l’on reçoit en danger. On ne comprend pas comment la collectivité est interpellée et on se sent mis à part. Toute la collectivité doit faire un effort, sauf la famille d'accueil», s’inquiète Geneviève Rioux, présidente de la FFARIQ.

Une famille d’accueil rencontrée par TVA Nouvelles a pris entente avec les parents biologiques pour un contact au téléphone pendant la pandémie, mais on menacerait de mettre une tache au dossier du père s'il ne se présente pas à la visite lundi. 

«On n’a pas le droit d'aller voir nos personnes âgées. On nous demande d'être confinés. Les écoles sont fermées, les garderies aussi. Qu'est-ce qu'on attend pour fermer les centres de la DPJ le temps de l'épidémie?», demande Lolita Pannitti, famille d’accueil.

Les établissements auraient reçu comme consigne que les contacts ordonnés par la Chambre de la jeunesse entre le jeune et sa famille soient respectés pour ne pas léser les droits des enfants. 

TVA Nouvelles a contacté le Ministère de la Santé et des Services sociaux. On mentionne qu’on cherche à éclaircir la situation pour le bien des familles d'accueil.