/news/politics

Trudeau promet une aide financière rapidement livrée

Émilie Bergeron | Agence QMI

Le premier ministre Justin Trudeau assure que le fédéral fait tout en son possible pour que les Canadiens durement touchés par la pandémie de COVID-19 reçoivent rapidement l’aide financière promise. 

«La dernière chose dont les gens ont besoin en ce moment est de s’inquiéter de leur capacité à joindre les deux bouts», a-t-il dit jeudi dans son point de presse quotidien depuis sa résidence de Rideau Cottage, à Ottawa. 

Il devait s’entretenir avec le greffier du Conseil privé, jeudi en fin d’après-midi, pour déterminer quelles sont les mesures à prendre pour s’assurer que la fonction publique est en mesure de livrer l’aide financière aussitôt que possible. 

«On fait tout ce qu’on peut pour que ça se passe le plus vite possible, mais évidemment ce sont de nouveaux programmes qu’on est en train de mettre en place au gouvernement», a ajouté M. Trudeau. 

Le gouvernement a annoncé mercredi qu’il débloque 27 milliards $ qui iront directement aux travailleurs et aux entreprises. Une autre tranche de 55 milliards $ sera disponible au moyen d'un report temporaire des impôts. 

Plusieurs s’inquiètent toutefois du délai de traitement pour recevoir l’aide promise, notamment par le biais de l’assurance-emploi et de nouveaux programmes connexes. Notre Bureau d’enquête rapportait jeudi matin que le délai minimal était de 28 jours pour recevoir un premier chèque de prestation d’assurance-emploi. 

Le président du Conseil du Trésor, Jean-Yves Duclos, fait toutefois valoir que les demandes de prestations devraient pouvoir être traitées en temps opportun puisque les programmes d’aide annoncés sont gérés par deux entités différentes, soit Services Canada et l’Agence du Revenu du Canada. 

«Ça va permettre d’alléger le travail de Services Canada qui gère généralement très bien les demandes de prestation d’assurance-emploi», a-t-il soutenu en sortant d’une réunion du comité spécial du conseil des ministres mis sur pied pour répondre à la pandémie de la COVID-19. 

Par ailleurs, M. Trudeau a indiqué jeudi que l'interdiction de passer par la frontière canado-américaine pour tout voyage non essentiel devrait entrer en vigueur dans la nuit de vendredi à samedi. 

Il a en outre assuré que son gouvernement multiplie les efforts pour rapatrier «le plus grand nombre» de Canadiens pris à l’étranger et qui tentent, de peine et de misère, de rentrer. 

«On est en train de regarder l’énorme montant de demandes qui rentrent de partout dans le monde [...]. On est en train de faire un tri», a-t-il dit, en précisant qu’il avait discuté avec les dirigeants de WestJet et d’Air Canada. 

Le ministre des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne, devait discuter d’un plan de rapatriement avec ses collègues du conseil des ministres, jeudi après-midi. 

Notons que 77 Canadiens se trouvent à bord d’un navire de croisière transportant des passagers soupçonnés de souffrir du coronavirus, le Costa Luminosa, accosté à Marseille, en France.

Dans la même catégorie