/news/world

Des usines ouvertes en Haïti malgré les interdictions

Agence France-Presse

Plusieurs usines de Port-au-Prince ont fonctionné comme à l'ordinaire vendredi, contrevenant aux mesures gouvernementales annoncées la veille et consécutives à la détection des deux premiers cas de coronavirus en Haïti. 

«On a appris cette mesure à la télé, comme ça. On n'était pas avertis» regrette Georges Sassine, président de l'association des industries d'Haïti. «Des usines en profitent pour travailler aujourd'hui surtout que c'est vendredi donc la paie est versée cet après-midi, mais à partir de lundi ça sera fermé», assure M. Sassine. 

Le président Jovenel Moïse a annoncé jeudi soir les deux premiers cas de coronavirus en Haïti.

Interdiction de tout rassemblement de plus de 10 personnes, couvre-feu de 20h à 5h, suspension de tous les vols commerciaux et fermeture des ports à tout transport de passagers, Jovenel Moïse a également annoncé la fermeture des écoles, centres de formation et universités ainsi que toutes les usines à compter de vendredi matin.

À l'instar des organisations patronales, les syndicats déplorent la soudaineté de ces décisions et craignent pour le sort des employés.

«On veut que les ouvriers soient payés pour les jours où ils seront obligés de rester chez eux» réclame Dominique Saint-Eloi, coordonnateur de la centrale nationale des ouvriers haïtiens. 

Le non-respect de la fermeture des usines vendredi n'expose pas tant les employés, selon les dirigeants, qui s'inquiètent davantage des conditions de transports et d'hébergement des ouvriers. 

«Dans les usines, ils sont à deux mètres espacés les uns des autres. Ils sont beaucoup plus en danger en allant et venant du travail parce qu'ils sont les uns sur les autres dans les véhicules de transport en commun et ensuite chez eux», témoigne Georges Sassine.

D'éventuelles mesures de confinement, comme celles instaurées en Italie et en France, seraient difficiles à mettre en oeuvre dans le pays, car la grande majorité des habitants dépend quotidiennement de l'économie informelle pour survivre.